France : Patrick Balkany confisque une caméra de BFMTV

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le maire (UMP) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, a confisqué une caméra de télévision avant de la rendre sous la pression de sa femme. La scène a été filmée... par la caméra confisquée !

Patrick Balkany, en 2012.
Patrick Balkany, en 2012.

4 février 2014. – Les élus de la ville de Levallois-Perret sont visés par deux informations judiciaires, pour détournements de fonds publics et soupçon de comptes cachés à l’étranger. Ce dimanche, une équipe de la chaîne d'information en continu BFMTV se rend à la permanence du maire, Patrick Balkany, pour préparer un sujet sur les soupçons dont il est la cible. Sa femme, Isabelle Balkany, élude la question : « je ne sais pas de quoi vous parlez, nous sommes concentrés sur la campagne de Levallois ». Celui qui brigue un cinquième mandat (le troisième mandat consécutif) ne parviendra pas à garder son calme, excédé par les questions, il somme les journalistes de quitter sa permanence, sous les applaudissements des militants. Les journalistes s’exécutent.

Une fois dehors, alors que le cadreur continue de filmer, P. Balkany se saisit de la caméra, sous un prétexte jusqu'alors inconnu en droit français : « Je la garde parce que vous nous faites chier ». Il s'isole dans une pièce de sa permanence, suivi de sa femme, qui lui demande de se calmer, et d'un proche qui regrette la situation : « Pas aujourd'hui, pas maintenant. Mais quel gâchis, Patrick ». P. Balkany leur explique qu'il a l'intention de « retirer la bande », afin de supprimer la vidéo. Il n'y parviendra pas.

La caméra sera rendue quelques minutes plus tard par Isabelle Balkany, qui présente ses excuses aux journalistes. Elle déclare néanmoins que les journalistes font leur métier « d'une manière particulière, avec (...) un lynchage contre Balkany ».

Retranscription de la vidéo publiée par la chaîne BFM TV

Patrick Balkany : Ça fait trente ans que j'ai la même maison. De quoi, vous... Vous tombez de l'armoire ? Alors, monsieur, j'ai fini de vous parler, maintenant vous pouvez sortir et quitter ma permanence.
Foule : Bravo !
Les journalistes sortent. Une fois dehors...
Patrick Balkany : Je suis calme, il se saisit de la caméra, je la garde, je garde la caméra.
Journaliste de BFM TV : Je m'en vais monsieur Balkany.
Patrick Balkany : Je la garde parce que vous nous faites chier ! Voilà.
Il rentre dans la permanence, et s'isole dans une pièce.
Patrick Balkany : Je vais lui enlever sa bande.
Isabelle Balkany : Non. Tu arrêtes, tu te calmes ! Tu te calmes.
Un proche : Pas aujourd'hui, pas maintenant.
Patrick Balkany : Ça tourne, je vais lui enlever...
Isabelle Balkany : Patrick, tu arrêtes.
Un proche : Non... Mais quel gâchis, Patrick !
Coupure dans la vidéo publiée par la chaîne.
Isabelle Balkany : Je vous présente mes excuses sur le fait que mon mari se soit énervé, et heu, je trouve que évidement vous faites votre métier. Mais vous le faites d'une manière particulière ; avec, et tout le monde peut le constater, un... vous savez, en anglais ça se dit : un bashing contre Balkany, en français on dit un lynchage.
Voir la vidéo sur le site de BFM

À la suite de la plainte pour violence déposée en 2013 par Gilles Catoire[1] et la candidate socialiste suppléante Anne-Eugénie Faure espèrent profiter de cette affaire pour gagner la mairie de Levallois-Perret[2].

Notes

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 4 février 2014

Jour suivant avant