Fin de la crise politique en Italie : Romano Prodi obtient la confiance du Sénat

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

1er mars 2007. – La crise politique ouverte le 21 février en Italie par la démission de Romano Prodi, président du Conseil, semble provisoirement enterrée, depuis le vote de confiance obtenu par le gouvernement devant le Sénat, mercredi 28 février 2007. Ce vote devrait être suivi, dans la journée de vendredi, d'un autre scrutin à la la Chambre des députés, scrutin qui ne devrait être qu'une formalité, compte tenu de la majorité plus confortable dont y dispose la coalition gouvernementale.

Après la démission du chef du gouvernement, à la suite d'un vote au Sénat dans lequel le quorum n'avait pas été atteint pour l'approbation d'une motion de soutien à la politique étrangère menée par l'équipe en place, le président de la République, Giorgio Napolitano, avait refusé la démssion du gouvernement, samedi 24 février, et prescrit le passage devant les deux chambres du Parlement pour vérifier si la coalition mise en place au printemps dernier y disposait toujours de la confiance.

320 des 322 sénateurs étaient présents lors du vote de mercredi, mais seuls 319 d'entre eux ont pris part au vote. Le président de séance n'ayant pas pris part au vote, le quorum a été fixé à 160 voix. 162 sénateurs se sont prononcés « pour » et 157 « contre ».

Le résultat du vote a permis au ministre de la Justice, Clemente Mastella, de se risquer à un mot d'esprit : « Ce gouvernement est comme la tour de Pise. Il penche, il penche, mais ne tombe jamais. » [1]

Sans surprise, le gouvernement a obtenu la confiance de la quasi-totalité de ceux se rattachant jusqu'ici à sa majorité parlementaire, ainsi que quelques votes favorables parmi les sénateurs indépendants et parmi les sénateurs à vie et/ou de droit.

Parmi les votes « pour », on a noté, sans surprise, ceux de quatre des sénateurs à vie et/ou de droit, Carlo Azeglio Ciampi (ancien président du Conseil et ancien président de la République), Emilio Colombo (ancien président du Conseil et ancien président du Parlement européen), Oscar Luigi Scalfaro (ancien président de la République) et Rita Levi-Montalcini (prix Nobel de physiologie ou médecine en 1986, revenue spécialement, en dépit de son âge avancé – 97 ans – de Dubai où elle séjournait).

Ont également voté « pour » le sénateur Marco Follini, transfuge de l'Union des démocrates chrétiens et fondateur l'an dernier du parti Italia di Mezzo, ainsi que le sénateur indépendant Luigi Pallaro, représentant les Italiens vivant en Amérique du Sud, dont les votes favorables étaient annoncés depuis samedi.

En revanche, l'ancien président du Conseil Giulio Andreotti a refusé de prendre part au vote et a quitté l'hémicycle, motivant sa décision par sa perplexité vis-à-vis du projet de loi organisant les unions de fait (l'équivalent italien du pacte civil de solidarité). Un autre sénateur de centre-droit a également brillé par son absence, pour des raisons non connues.

Pour autant, si Romano Prodi a remporté ce vote crucial mercredi soir, les semaines et mois qui s'annoncent ne seront pas dénués d'embûches pour l'attelage gouvernemental. Les réticences d'une partie de l'aile gauche de la majorité à l'encontre du maintien des 2 000 hommes de troupe italiens stationnés en Afghanistan demeurent vivaces. La perspective d'un recours à des élections anticipées, avec une forte probabibilité d'un retour au pouvoir de la Maison des libertés et de son chef Silvio Berlusconi, a également joué un grand rôle dans le « resserrage de boulons » de la majorité de gauche et de centre-gauche.

En effet, l'un des sénateurs communistes qui n'avait pas voté, la semaine dernière, en faveur de la résolution approuvant la politique étrangère du gouvernement, Franco Turigliatto, s'est rangé à la discipline majoritaire, tout comme celui de ses collègues qui avait agi de manière similaire, mais s'est réservé la possibilité, lors de votes ultérieurs, de faire dissidence sur le financement du contingent italien mis à la disposition de l'OTAN en Afghanistan. Le gouvernement pourrait donc être obligé, dans cette perspective, de tenter d'obtenir des renforts ponctuels en provenance de l'opposition de droite et du centre-droit. D'ores et déjà, Silvio Berlusconi, prédécesseur de M. Prodi au palais Chigi (le siège de la présidence du Conseil), fidèle allié de Washington lorsqu'il dirigeait le gouvernement, a indiqué jeudi 1er mars qu'il soutiendrait ponctuellement le gouvernement de centre-gauche pour le vote sur le financement de la mission en Afghanistan.

Notes

Sources

Sources anglophones
Sources francophones
Sources italophones
Source germanophone