Entretiens entre Barack Obama et Hosni Moubarak sur la paix au Proche-Orient

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Localisation du Proche-Orient

19 août 2009. – Le président américain Barack Obama et son homologue égyptien Hosni Moubarak ont discuté des moyens pour relancer le processus de paix au Proche-Orient. Les deux leaders ont fait état de signes encourageants dans la région ; une allusion aux informations selon lesquelles Israël est en train, discrètement, de bloquer tout nouveau projet de construction dans les implantations juives de Cisjordanie.

« Israéliens et Palestiniens ont encore beaucoup à faire », estime le président Obama. « Si toutes les parties sont disposées à sortir de l'ornière dans laquelle nous nous trouvons actuellement, alors je pense qu'il y a une extraordinaire opportunité d'accomplir de réels progrès. Mais nous n'y sommes pas », a-t-il souligné.

Le président égyptien se dit lui aussi encouragé qu'Israéliens et Palestiniens continuent de se parler. « Nous parlons d'une bonne manière et nous allons dans la bonne direction. Mais les deux parties ont besoin de s’asseoir ; cela pourrait alors donner espoir qu'il y a une possibilité de trouver une solution à la question palestinienne », a expliqué Hosni Moubarak.

La visite de M. Mubarak à la Maison Blanche constitue une amélioration dans les relations américano-égyptiennes. Washington et Le Caire ont eu récemment des liens plutôt tendus, en raison des pressions de la précédente administration Bush sur le président Moubarak quant à l'état des droits de l'Homme et de la démocratie dans son pays.

Barack Obama
Hosni Moubarak

Le professeur Denis Sullivan de Northeastern University à Boston, dans le Massachusetts, estime que la visite du président Obama en Égypte, en juin dernier, a été un déclic. « M. Obama a été chaleureusement accueilli, il a été reçu avec beaucoup d'enthousiasme en Égypte, et continue d'être très populaire dans ce pays. Et en Égypte, on a beaucoup d'espoir pour une amélioration des relations bilatérales », a dit le professeur Sullivan.

Le leader égyptien assure que son gouvernement a commencé à mettre en œuvre des réformes démocratiques et a annoncé au président Obama que Le Caire continuera sur cette voie.

Bien qu'il qualifie d'« horrible » la situation des droits de l'Homme et de la démocratie en Égypte, le professeur estime cependant qu'il est important que Washington et Le Caire préservent leur partenariat stratégique, maintenant vieux de 30 ans. « C'est crucial pour le processus de paix au Proche-Orient », a-t-il déclaré.

En fait, le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs a expliqué que la rencontre d'hier entre dans le cadre des efforts du président Obama en direction du monde arabe, pour faire progresser le processus de paix en question.

MM. Obama et Moubarak ont aussi discuté de l'Irak et du programme nucléaire iranien, ainsi que de la coopération dans les domaines de la santé, de l'éducation et de l'économie.

Source