En Espagne, les indignés continuent leur mouvement

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Manifestation à la Puerta del Sol, à Madrid, le 19 mai 2011.

20 mai 2011. – En Espagne, alors que la crise économique touche durement la population (21 % de chômeurs, 45 % pour les 18-25 ans) et que le gouvernement en profite pour défaire l'État-providence, la jeunesse espagnole se soulève. En utilisant les mêmes outils et les mêmes méthodes que les révolutionnaires du printemps arabe, le collectif ¡Democracia Real Ya! (« Pour une vraie démocratie maintenant ! ») mobilise des dizaines de milliers de manifestants dans plus de cinquante villes d'Espagne. Les contestataires dénoncent des partis et des syndicats ne représentant pas leur volonté et ne répondant pas à leurs besoins. Selon un tract diffusé par leurs soins, ceux-ci touchent le logement, l'emploi, la culture, le développement durable de l'économie. Ils dénoncent également un système enrichissant une minorité au détriment de la majorité en voie de paupérisation alors qu'elle fait fonctionner l'économie.

Des dizaines de milliers de jeunes, des chômeurs pour la plupart d'entre eux, manifestent et campent depuis lundi 16 mai sur les places centrales de cinquante villes d'Espagne. Délogés manu militari à l'aube par la police, ils sont revenus, entourés de leurs parents, de leurs grands-parents et de leurs enfants. Chaque soir, les débats au sein d'assemblées participatives ont lieu pendant des heures, permettant à tous de prendre la parole. Dans la journée, les campements fonctionnent en villages auto-gérés, avec des cantines, des infirmeries pour soigner les manifestants blessés lors des heurts avec la police, une garderie. Ils utilisent le même modus operandi que celui de la place Tahrir, lors des grandes manifestations égyptiennes du début de l'année.

Tout le monde garde en mémoire que l'an dernier, le gouvernement avait durement combattu les grévistes, proclamant l'état d'urgence et envoyant l'armée dans les tours de contrôle occupées par les contrôleurs aériens. Cette fois, après avoir commencé par user des mêmes méthodes, il semble sur le point de reculer. La commission électorale a toutefois interdit les manifestations ce week-end.

En France, plusieurs rassemblements ont eu lieu en soutien : 300 manifestants à la Bastille, 50 à Poitiers, mais aussi à Bordeaux, Toulouse...

Sources


  • Page Espagne de Wikinews Page « Espagne » de Wikinews. L'actualité espagnole dans le monde.