De violents affrontements font de nombreux morts au Kenya

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mwai Kibaki

1er janvier 2008. –

Au moins 250 personnes sont mortes au Kenya dans des affrontements post-électoraux dans le pays entier. Le président sortant Mwai Kibaki a été déclaré ré-élu dimanche lors d'un scrutin serré. Son opposant Raila Odinga conteste le résultat et a appelé à un recomptage.
Les affrontements se déroulent entre tribus, Kibaki étant soutenu par les Kikuyu et Odinga par les Luo. Les affrontements ont été particulièrement sévères dans l'ouest du pays, qui soutient fortement Odinga. La police a eu pour ordres de tirer à vue sur les émeutiers et a imposé un couvre-feu à Kisumu, la troisième plus grande ville du pays. Le bidonville de Kibera à Nairobi a été cerné par la police anti-émeute et des troupes paramilitaires afin d'endiguer la violence.
Le Gouvernement kenyan a interdit les émissions télévisées en direct et censuré les nouvelles dans ce qu'il a appelé un effort afin de prévenir la violence.

Le dirigeant de l'opposition Raila Odinga

Odinga a aussi annoncé qu'il voulait une manifestation de masse plus tard dans la journée dans le parc principal de Nairobi.
La violence a conduit à l'annonce par la police kéniane que toute personne aperçue en dehors de son logis dans les bidonvilles de Nairobi serait abattue.
Lors des émeutes, certains résidents croyant que le vote avait été truqué, ont pris des mesures extrêmes. Des maisons été incendiées, et certaines personnes ont affiché leurs intentions d'en tuer d'autres.

Sources