De l'alcool et du sucre dans la comète C/2014 Q2 (Lovejoy)

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
comète Lovejoy.

2 novembre 2015. – L'analyse de la comète C/2014 Q2 (Lovejoy) a révélé pour la première fois la présence d'éthanol et de glycéraldéhyde (sucre primaire à trois carbones). En effet, des 21 molécules organiques complexes observées dans la trainée de gaz qui s'échappent de la comète, 2 n'avait jamais été répertorié dans une comète. Les chercheurs ont déterminé les composantes organiques de la comète du 13-16 janvier et du 23-26 janvier 2015, lorsqu'elle était à une distance de 0,6 unités astronomiques (UA) de la Terre.

Ce résultat est le fruit d’une collaboration internationale comprenant des chercheurs CNRS et de l'Observatoire de Paris au sein du Laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique - LESIA (CNRS / Observatoire de Paris / UPMC / Université Paris Diderot), du Laboratoire d’études du rayonnement et de la matière en astrophysique et atmosphères - LERMA (CNRS / Observatoire de Paris / UPMC / Université de Cergy-Pontoise / ENS), de l’Institut de RadioAstronomie Millimétrique, IRAM (financé par l’INSU/CNRS (France), le Max-Planck-Gesellschaft (Allemagne) et l’Instituto Geográfico Nacional (Espagne), du Laboratoire d’Astrophysique de Bordeaux (CNRS / Université de Bordeaux), de l’Observatoire de Stockholm et de la NASA.

Recherches de l'origine de la formation

La quantification des différentes molécules se fait par abondance relative en comparant la quantité de chaque molécule les unes aux autres. Ainsi, les quantité d'éthanol et de glycéraldéhyde sont respectivement 5 % et 0,8 % relativement au méthanol et de 0,12 % et 0,02 % relativement à l'eau puisque celle-ci est un peu plus de 40 fois plus abondante que le méthanol. La comète a été comparée chimiquement à plusieurs autres objets célestes comme la comète Hale-Bopp, la nébuleuse Kleinmann-Low d'Orion, la proto-étoile à faible densité IRAS 162293-2422(B) et deux disques protoplanétaire à 30 et 100 UA. La comparaison a permis de déterminer l'origine possible de la formation et la présence de molécules complexes sur les comètes et ainsi en savoir plus sur la possibilité du développement d'organisme vivant.

Les comètes à l'origine de l'eau sur Terre

Les comètes sont l'un des plus anciens et primitifs objets des systèmes solaires. De plus, les comètes provenant des régions de proto-étoile sont les plus enclines à comporter des molécules organiques complexes.

Cette cinquième comète découverte par Loveboy est origine du nuage d'Oort qui était visible lors de sont passage au périhélie, soit à environ 1,29 UA du soleil en janvier et février 2015. Les observations ont été surprenante et ont mis de l'avant le possible rôle que les comètes auraient pu jouer à la présence d'eau sur Terre et l'origine de la vie sur celle-ci.

Sources[modifier | modifier le wikicode]


Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 2 novembre 2015

Jour suivant avant