Cyclone Nargis : La Birmanie prête à accueillir l'aide étrangère

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Une photo satellite du cyclone Nargis.

24 mai 2008. – Après s'être rendu en personne en Birmanie, Ban Ki-moon a annoncé que les équipes acheminant l'aide internationale allaient être autorisées à accéder au pays ravagé par le cyclone Nargis.

Le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies qui a rencontré le général Than Shwe, le plus haut dirigeant de la junte du Myanmar[1], a précisé : « J'ai eu une très bonne réunion avec le général, en particulier sur la question des équipes humanitaires. Il a accepté d'autoriser l'accès au pays à tous les travailleurs humanitaires, quelle que soit leur nationalité. Je lui ai expliqué qu'il était d'une importance cruciale pour lui d'accueillir ces équipes aussi rapidement que possible et que toute cette aide humanitaire soit également remise le plus tôt possible aux populations dans le besoin. »

Les observateurs internationaux et les organisations humanitaires ont accueilli cette annonce avec scepticisme et se sont déclarés « perplexes » et « surpris », craignant que la junte ne respecte pas cet engagement. « Nous y croirons seulement lorsque les travailleurs humanitaires seront sur le terrain, dans le delta. Les généraux ont une longue expérience du mensonge face à l'ONU. Si cette annonce est réelle, alors nous le saurons dans les 24 heures, comme ils arrêteront les contrôles de l'armée qui empêchent les travailleurs humanitaires birmans et internationaux d'entrer dans le delta. » a précisé Zoya Phan, une humanitaire britannique. Ainsi les travailleurs humanitaires américains sont toujours dans l'attente d'un visa pour entrer en Birmanie. William Berger, le chef d'équipe, a reçu un long exposé de l'état de la région affecté, mais il n'a pas été autorisé à réaliser sa propre évaluation.

L'ONU estime que plus d'un million de personnes ont toujours un besoin urgent de nourriture, d'eau, d'abris et de fournitures médicales, alors que la position officielle des autorités birmanes est que « la phase d'urgence de l'opération est terminée ».

Notes

Sources