Chine : vers une pénurie de noms de famille ?

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La chanteuse et actrice chinoise Faye Wong, aussi connue sous ne le nom de Wang Fei, fait partie des 93 millions de personnes en Chine portant le nom de Wang.
Enfants chinois.

15 juin 2007. – Il y actuellement trop de personnes portant le nom de Wang en République populaire de Chine - environ 93 millions. Il y en a aussi trop portant les noms de Li (environ 92 millions) et Zhang (88 millions).

Pour 85 % de la population chinoise de 1,3 milliard d'habitants, il n'existe que 100 noms de famille, a indiqué le ministère de la Sécurité publique, et, selon un rapport publié le 12 juin dernier [1] par le China Daily, ce qui n'est pas suffisant.

La pénurie de noms de famille est à l'origine de trop de confusion et de problèmes dans la vie quotidienne, créant des erreurs sur les identités, indiquent les autorités.

La solution est, selon le ministère, de combiner les noms de famille[2], ce qu'il propose dans un plan de « régulation ». Ainsi, indique le China Daily, si le nom du père de famille est Zhou et celui de la mère de famille Zhu, leur enfant aura quatre options pour son nom : Zhou, Zhu, Zhouzhu ou Zhuzhou.

Le changement pourrait ainsi créer jusqu'à 1,28 million de nouveaux noms, indique ainsi Guan Xihua, un officier d'état civil au Bureau de sécurité publique de Pékin.

En plus des répandus Wang, Li et Zhang, les noms Chen, Zhou et Lin sont portés chacun par environ 20 millions de personnes, selon le ministère.

La combinaison de ces noms de famille avec les prénoms les plus populaires donne pour résultat plus de 100 000 personnes s'appelant Wang Tao [3], selon l'Académie des Sciences de Chine.

Du Ruofu, académicien chinois et chercheur retraité dont les études portaient sur les noms chinois, a indiqué au China Daily que les noms hybrides sont déjà très populaires chez les jeunes couples, bien qu'ils ne soient pas strictement autorisés.

La loi sur le mariage de la République populaire de Chine indique qu'un nouveau-né peut se voir attribuer le nom de sa mère ou de son père, mais ne mentionne pas encore leur combinaison possible.

Du Ruofu indique par ailleurs que la combinaison pourrait promouvoir l'égalité des sexes, et ajoute que les personnes issues de minorités ethniques devraient être encouragées à conserver leurs noms traditionnels au lieu d'adopter des noms Hans, ce qui dilue la diversité et l'héritage culturels.

Le projet de régulation du ministère permet les lettres ou caractères des minorités ethniques, mais proscrit les lettres étrangères, les caractères faits maison, le pinyin, les nombres ou la forme complexe des caractères du chinois simplifié.

Notes

Sources