Centrafrique : démissions du président et du premier ministre

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alors que dans le pays la violence est toujours d'actualité, le président et le premier ministre centrafricains ont démissionné.

Coat of arms of the Central African Republic-NEW.png
Armes de la présidence centrafricaine.

11 janvier 2014. – Après deux jours de fortes discussions à N'Djamena où se tenait le sommet extraordinaire de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC), l'annonce de la démission du président de transition centrafricain Michel Djotodia, et de son premier ministre Nicolas Tiangaye est arrivée par un communiqué. Au cours de ce sommet extraordinaire, convoqué par le président tchadien, Idriss Déby, les membres du Conseil national de transition centrafricain (des proches du chef de l'État centrafricain issus de l'ex-rébellion Séléka) ont voté en faveur du départ des deux dirigeants.

Cette double démission est la concrétisation d'une suite d'actions diplomatiques du Tchad et de la France, dès le 1er janvier le ministre français de la défense, Jean-Yves le Drian se trouve dans la capitale tchadienne, N'Djamena, où il rencontre Idriss Déby. Au soir du 1er janvier les deux hommes se mettent d'accord sur un départ prochain du président de transition centrafricain qu'ils jugent incapable de contrôler les ex-Séléka. Le 2 janvier le ministre français se trouve à Brazzaville où il rencontre le président du Congo, puis dans la même journée il se rend à Libreville, la capitale du Gabon, où il s'entretient avec Ali Bongo. Il termine sa journée à N'Djamena où il rencontre une nouvelle fois Idriss Déby le 3 janvier au matin. À l'issue de la tournée africaine du ministre français de la défense les objectifs sont clairs, il s'agit d'obtenir la démission du président centrafricain, le départ des mercenaires soudanais et tchadiens de la Centrafrique et de désarmer les groupes ex-Séléka et anti-Balaka. Il ne restait plus qu'à attendre la tenue du sommet, et la pression des chefs d'état de la CEEAC, les 9 et 10 janvier pour sceller la décision.

L'annonce de la démission du président centrafricain et de son premier ministre a déclenché des scènes de liesse à Bangui. Plusieurs milliers d'habitants sont descendus sur les avenues de France, des Martyrs, de l'Indépendance et au carrefour des Nations unies en chantant « c’est fini, c’est fini ! ». Vendredi soir, l'armée française parlait d'une situation « tendue mais sous contrôle » ne faisant état, dans la capitale, que de quelques pillages et de tirs sporadiques.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 11 janvier 2014

Jour suivant avant