Censure au Québec

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

21 mai 2012. – Plusieurs coupures ont eu lieu récemment lors d'émissions de la station publique Radio-Canada. Une de ces coupures est survenue dans le contexte du large mouvement étudiant actuellement en cours au Québec en opposition à la politique du gouvernement, certains la qualifie d'acte de censure.


1er incident[modifier | modifier le wikicode]

Le 9 juin 2012 à 10h00 HAE, un blanc de huit minutes, au moment du bulletin d'information, s'est produit sur la radio publique au Québec, soit la chaine 1 de la SRC. L'animateur de l’émission alors en cours, Joël Le Bigot, en reprenant les ondes, a expliqué que l'interruption avait été soutenue par une personne dont le pouvoir était au-dessus de celui de la régie. Aux dires de cet animateur, la personne en charge de la régie, durant ces huit minutes, n'avait pas le droit de lui redonner l'antenne !

Voici l'enregistrement de ces propos: ((fr))Joël Le Bigot« Samedi et rien d'autre ». SRC-Radio-Canadasamedi 9 juin 2012.

Retranscription de cet enregistrement:

"Bon, c'est fini là ?, ok, alors : ...est-ce que vous voulez que je vous explique ?"
Sur un ton nasillard: (--je n'en suis--)"pas capable"
Reprenant son timbre de voix normal : "au milieu" (de l'interruption) "je me suis dit; on vas les appeler à la régie, on vas leur dire : écoutez, on vas ouvrir le microphone, passez-moi l'micro, on vas s'excuser, on vas...etcaetera,"
Sur un ton nasillard: "peux pas te le donner"
Reprenant son timbre de voix normal : "j'ai dit : --oui mais regarde appuie sur le bouton, donne-le moi"
Sur un ton nasillard: "j'ai pas le droit"
Reprenant son timbre de voix normal : "alors, au nom de moi-même, ainsi que je ne sais pas ce qui s'est passé mais nous nous excusons bien-sûr de ces huit minutes..."

Il faut savoir que cet épisode surprenant est survenu dans un climat social particulièrement agité et dans lequel les informations diffusées dans les médias contribuent en partie à une boucle de rétroaction qui voit se succéder :

Manifestation rue Peel, centre ville de Montréal, devant les festivités de la F1--Grand Prix le 7 juin 2012.
  • protestations
  • arrestations
  • indignation populaire
  • nouvelles protestations...

2ème incident[modifier | modifier le wikicode]

Quelques mois plus tôt, encore sur SRC-radio, une autre interruption surprenante s'était produite. Elle advint alors qu'un invité, expert dans le domaine, exposait ses vues sur les rapprochements entre fascisme et actions intempestives du gouvernement de Stephen Harper.

Cette dernière interruption était surprenante pour plusieurs raisons. D'abord, elle vint supprimer la réponse que l'expert allait donner à l'animateur qui lui demandait s'il pensait que le gouvernement tendait vers le fascisme. De plus cette réponse était le point culminant de l'entrevue. Autre motif de surprise : en temps normal, il ne se produit jamais d'interruption de la diffusion : le réseau est en cela très fiable. Dernier point surprenant : l'entrevue s'est poursuivie comme si les intervenants n'avaient pas été informés de cette coupure. --documentation en cours, work in progress.

Recherche toujours imparfaite d'un point de vue neutre[modifier | modifier le wikicode]

Il est nécessaire de modérer les médias puisque les journalistes peuvent parfois tomber dans certains excès (diffamation...). Par contre, les modérateurs eux-mêmes ont souvent un parti pris. De plus, la polarisation actuelle au Québec exacerbe leurs biais. En effet, l'autorité en place, en particulier le SCRS est dirigé par des anglophones, or, la culture du Canada anglais diverge présentement de la culture Québécoise. Il suffit de voir là dessus :

L'instance chargée de la censure n'est pas, par nature, un organisme public ou transparent. Pour s'en convaincre, il suffit de revoir le documentaire réf. nécessaire décrivant les activités dé-classifiées concernant le programme de contrôle de la population canadienne qui devais être appliqué en cas de guerre et pour lequel plusieurs dossiers secrets était constitués sur de nombreux canadiens par ailleurs innocents et basés sur des indice passablement arbitraires.

Il est difficile de trouver des documents à son sujet ou de connaître ses politiques ou ses actions.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

  1. ((fr))Victor Lévy Beaulieu« le fascisme au bout de la matraque ». SRC radioLe mercredi 16 mai 2012. ( Dans cette entrevue à la radio publique (SRC), VLB exprime ses vues dans la crise en cours et parle de fascisme en dénonçant certains agissements des autorités soit le gouvernement de Jean Charest et la police ).
  2. ((fr))Victor-Lévy Beaulieu - Écrivain« Règlement antimasques - Le fascisme au bout de la matraque ». Le Devoir16 mai 2012. ( "L’injustice, l’iniquité et l’abus du pouvoir sont les portes qui nous mènent tout droit au fascisme." --VLB cette affirmation conclue une analyse de la situation qui décrit la crise et sa polarisation ).
  3. ((fr))Fabienne Vinet« Nouveau code de conduite de Radio-Canada : colère et inquiétude ». Conseil de presse du Québec2 mai 2012. ( L’indépendance journalistique à la SRC est menacée par l'imposition d'un nouveau code de conduite ).
  4. ((fr))Serge Charbonneau + commentaire de "Guy"« Plainte contre la censure à Radio-Canada ». Tribune libre de Vigile27 janvier 2012 et 21 mai 2012. ( La censure des commentaires des auditeurs de SRC est systématique, abusive, automatisée, et sous contractée à une firme du Texas : "Pluck" is part of the "Demand Media network" ).



    Page
  • Page Canada de Wikinews « Canada »
  • de Wikinews.