Côte d'Ivoire : l'opposition durcit le ton

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Localisation de la Côte d'Ivoire
Laurent Gbagbo, actuel président de la République de Côte d'Ivoire

22 février 2010. – La crise politique se durcit en Côte d'Ivoire, alors que l'opposition réclame désormais ouvertement la démission du président Laurent Gbagbo. Ceci fait à la suite de la double dissolution du gouvernement et de la commission électorale indépendante.

Les deux principaux chefs de l'opposition, l'ancien président Henri Konan Bédié, et l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara, étaient réunis à Ouagadougou ce week-end pour s'entretenir avec le médiateur de la crise ivoirienne, le président Blaise Compaore. Et il a été annoncé qu'une réunion d'urgence sera organisée.

À noter que le nouveau gouvernement ivoirien n'a toujours pas été formé, alors que le Premier ministre Guillaume Soro, qui a été reconduit dans ses fonctions, annonçait la formation du nouveau cabinet pour la fin de la semaine dernière.

La fin de semaine a été marquée par des violences. Les plus graves se sont produites à Gagnoa, dans l'ouest du pays, où cinq personnes ont été tuées vendredi dans une manifestation anti-Gbagbo.

Les quatre dirigeants de l'opposition viennent d'être rejoints par le numéro 1 du parti ivoirien des travailleurs Francis Wodié, lui aussi candidat à la prochaine présidentielle, pour exiger le rétablissement de la commission électorale indépendante. Du côté de la présidence, on tente de calmer le jeu.

De leur côté, les États-Unis et la France ont appelé à l'arrêt des violences qui s'emparent des villes ivoiriennes. Pour la France, il s'agit de « préserver les acquis du processus de paix ».

Voir aussi

Sources