Bolivie : plusieurs référendums autonomistes sont organisés dans le pays

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vue de Santa Cruz de la Sierra, la capitale du département de Santa Cruz.

3 mai 2008. – La région du Santa-Cruz, en Bolivie organise pour le 4 mai un référendum local sur le statut de leur région, qui devrait être largement accepté par la population. En juin, les régions de Beni, Pando et Tarija devraient faire de même, menaçant le pays d'explosion.

Ces votations populaires, qui réclament plus d'autonomie pour les riches régions du pays qui détiennent la plupart des richesses agraires et d'hydrocarbure du pays, ont été provoquées par le projet de Constitution lancé par le gouvernement qui prévoit une plus grande centralisation des richesses aux mains du gouvernement, ce que refusent les régions productrices que refusent en particulier le système de retraites mis en place par le gouvernement. « Qu'ils sachent, à La Paz, que nous n'allons plus les allaiter » : tel est le message que Ruben Costas, le gouverneur de Santa-Cruz, veut ainsi faire passer.

Evo Morales le président bolivien, a jugé de son côté « illégal » le référendum régional mais a émit l'idée vendredi soir d'un référendum national sur la question. Concrètement, il se dit prêt à inclure certaines des demandes des autonomistes dans une nouvelle version de la Constitution du pays, qui serait ensuite soumise à la votation populaire il a conclu en précisant : « si nous, hommes politiques, ne pouvons pas trouver de moyen de nous entendre, laissons le peuple décider en votant ». Les dirigeants du Santa Cruz n'ont pas réagi à cette proposition.

Depuis plusieurs semaines, partisans et opposants du référendum s'opposent, parfois violemment. Certaines personnalités politiques, dont le ministre des Affaires étrangères David Choquehuanca, évoquent maintenant la possibilité d'une « crise grave » si la votation était maintenue, déclarant lors d'une interview « L’organisation d’une telle consultation fait courir un vrai risque d’affrontement entre habitants de Santa Cruz, entre Boliviens, entre frères ».

Sources