Argentine : Cristina Fernández de Kirchner remporte l'élection présidentielle dès le premier tour

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cristina Fernández de Kirchner, le 25 avril 2007
Source : Presidencia de la Nación Argentina.

29 octobre 2007. – Cristina Fernández de Kirchner, « Première dame » de l'Argentine, sénatrice de Buenos Aires, semble avoir remporté dès le premier tour, dimanche 28 octobre 2007, l'élection présidentielle.

Selon des résultats encore partiels, mais qui confirment les sondages de sortie des urnes, Cristina Fernández aurait remporté environ 46 % des suffrages exprimés, soit un score suffisant pour éviter l'organisation d'un second tour (prévu le cas échéant le 25 novembre) et être déclarée vainqueur de l'élection présidentielle.

Le code électoral argentin prévoit en effet l'élection dès le premier tour du premier candidat dépassant 45 % des suffrages exprimés ou, si cette barre n'est pas atteinte, du candidat dépassant 40 % des suffrages exprimés et ayant au moins dix points d'avance sur le mieux placé de ses concurrents.

Son adversaire la mieux placée, Elisa Carrió, ayant obtenu environ 23,7 % des suffrages exprimés, Cristina Fernández remplit donc la première condition exigée (tout en satisfaisant à la condition de remplacement).

Cristina de Kirchner, Nestor Kirchner, à côté de célébrer les résultats de l'élection

Cristina Fernández affrontait, parmi onze autres candidats lors de cette élection :

  • Elisa Carrió, soutenue par la Coalition civique (Coalición Cívica), créditée de 23,7 % des voix. Mme Carrió, déjà candidate à l'élection présidentielle de 2003, s'était classée en 5e position et avait obtenu 14,05 % des voix.
  • Roberto Lavagna, ancien ministre de l'Économie et de la Production, crédité de 13,1 % des voix,
  • Alberto Rodríguez Saá, gouverneur de la province de San Luis, membre d'une faction péroniste opposée aux Kirchner, crédité de 7,5 % des voix. Déjà candidat en 2003, M. Rodríguez Saá avait atteint la quatrième place et obtenu 14,11 % des voix.
  • Ricardo López Murphy, économiste, co-fondateur du parti « Proposition républicaine » (Propuesta Republicana, PRO), formation de centre-droit, crédité de 2,7 % des voix. M. López Murphy avait obtenu, en 2003, 16,37 % des voix et s'était classé en 3e position au premier tour de l'élection présidentielle.

Cristina Fernández obtient, en pourcentage, plus du double du score obtenu par Nésor Kirchner en 2003. Celui-ci avait en effet obtenu 22,24 % des voix et ne s'était classé qu'en seconde position au premier tour, devancé par l'ancien président Carlos Saúl Menem, arrivé en tête avec 24,45 % des voix, avant de renoncer, toutefois, à participer au second tour, devant la perspective d'une lourde défaite devant Néstor Kirchner, crédité de 70 % des intentions de vote, et déclaré élu en raison de la renonciation de son adversaire.

La passation des pouvoirs entre le président Néstor Kirchner et la présidente élue Cristina Fernández de Kirchner doit intervenir le 10 décembre prochain.

Sources

Sources anglophones
Sources hispanophones
Sources francophones