Angela Merkel désignée candidate à la chancellerie par l'opposition chrétienne-démocrate allemande

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir sur Wikipédia l'article
Angela Merkel.

30 mai 2005. – Angela Merkel, âgée de 50 ans, présidente de la Christlich Demokratische Union Deutschlands (CDU, « Union chrétienne-démocrate d'Allemagne »), a été désignée, lundi 30 mai 2005, candidate de l'opposition chrétienne-démocrate allemande, en vue des élections anticipées au Bundestag, qui devraient se tenir à la mi-septembre.

Ces élections, anticipées d'un an sur la date normale, avaient été proposées il y a huit jours par l'actuel chancelier social-démocrate Gerhard Schröder, à la suite de la défaite de son parti aux élections régionales dans le Land de Rhénanie-Westphalie, gouverné sans discontinuer par le Sozialdemokratische Partei Deutschlands (SPD, « Parti social-démocrate d'Allemagne ») depuis 1966 (seul ou en coalition). Le Landtag de Rhénanie-Westphalie était le seul, parmi les 16 Länder allemands, à être encore gouverné par une coalition « rouge-verte » (SPD + Bündnis 90/Die Grünen).

L'annonce de la désignation de Mme Merkel, qui était donnée comme probable depuis la semaine dernière, a été faite à l'issue d'une réunion commune à Berlin de la CDU et de la CSU, par Edmund Stoiber, ministre-président de Bavière, président de la Christlich-Soziale Union in Bayern (CSU, « Union chrétienne-sociale en Bavière ») et ancien candidat à la chancellerie en septembre 2002 contre M. Schröder (et qui avait frôlé de peu la victoire). M. Stoiber, s'exprimant aux côtés de Mme Merkel au cours d'une conférence de presse à l'issue de la réunion des instances dirigeantes des deux partis, a notamment souligné qu'« Angela Merkel a été désignée à l'unanimité » et qu'elle bénéficiait « d'une confiance et d'un soutien entiers » au sein des deux partis (das volle Vertrauen und die Unterstützung von CDU und CSU). Reprenant dans une formulation légèrement différente l'opinion émise il y a huit jours par Mme Merkel, selon laquelle « chaque jour pendant lequel la coalition rouge-verte ne gouverne pas, c'est un bon jour pour l'Allemagne », M. Stoiber a estimé que « des élections anticipées à l'automne sont ce qui peut arriver de mieux à l'Allemagne » puis, se tournant vers la nouvelle candidate, lui a affirmé : « Je vais tout faire pour que vous deveniez la première chancelière d'Allemagne ».

Les deux partis rendront publics leurs programmes électoraux à la fin de l'été, alors que la campagne électorale aura déjà commencé. La CDU réunira un congrès extraordianire dimanche 28 août à Dortmund, tandis que la CSU fera de même les vendredi 2 et samedi 3 septembre à Munich.

Par ailleurs, les récents sondages montrent une nette hausse de la popularité de Mme Merkel, certainement accrue par l'effet de la victoire chrétienne-démocrate dans le bastion SPD de Rhénanie-Westphalie. La présidente de la CDU est ainsi créditée de 50 % d'opinions favorables, contre 44 % pour l'actuel chancelier Gerhard Schröder.

Réagissant à la nomination de Mme Merkel, le secrétaire général du SPD, Klaus Uwe Benneter, a pour sa part estimé que la candidate, qui avait été successivement ministre des Femmes et de la Jeunesse de 1991 à 1994, puis ministre de l'Environnement de 1994 à 1998 dans les gouvernements dirigés par Helmut Kohl, aurait été, selon ses vues, « partiellement responsable, en tant que ministre fédérale pendant sept années sur les seize du gouvernement Kohl, de l'échec économique, mais aussi du retard des réformes dans les années 90 et (faisait partie de ceux qui furent) sanctionnés par les urnes en 1998 » (Merkel als Bundesministerin sieben „wirtschaftspolitisch verfehlte“ Jahre von sechzehn Jahren in der Kohl-Regierung gewesen sei. Deshalb trage sie Mitverantwortung für den Reformstau in Deutschland und wurde 1998 schließlich mit abgewählt) [source].

Sources

Article lié