Défaite du SPD aux élections régionales en Rhénanie-du-Nord-Westphalie

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Blason de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie

22 mai 2005. – Les élections régionales qui se tenaient, dimanche 22 mai 2005, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, l'un des 16 Länder d'Allemagne, se sont traduites par une défaite du Sozialdemokratische Partei Deutschlands (SPD, « parti social-démocrate d'Allemagne »), parti du chancelier fédéral Gerhard Schröder.

Les 13,3 millions d'électeurs de ce Land, le plus peuplé d'Allemagne avec 18,1 millions d'habitants, étaient appelés à renouveler, pour cinq ans (14e législature, jusqu'en 2010), les 181 membres du parlement régional (Landtag).

Le SPD, qui détenait la majorité – seul ou en coalition – depuis 1966, voit son score passer de 42,8 % en 2000 à 37,1 % cette année, tandis que leurs partenaires de Bündnis 90/Die Grünen (« Alliance 90/Les Verts ») se tassent légèrement, en passant de 7,1 % à 6,2 %.

La victoire revient à la Christlich Demokratische Union Deutschlands (CDU, « union chrétienne-démocrate d'Allemagne »), parti dirigé, au niveau fédéral, par Angela Merkel, dont le score passe de 36,9 % à 44,8  en 2005, tandis que son partenaire libéral, le Freie Demokratische Partei (FDP, « démocrate libéral »), recule de 9,9 % à 6,2 %

La répartition des sièges au sein du Landatag de Rhénanie-du-Nord-Westphalie est déormais la suivante (l'effectif du Landtag a été diminué de 229 sièges en 2000 à 181 sièges en 2005 ) :

  • « gauche », 86 sièges : SPD : 74 sièges (– 15), Bündnis 90/Die Grünen : 12 sièges (– 4)
  • « droite », 101 sièges : CDU : 89 sièges (+ 1), FDP : 12 sièges (– 12)
Note : les nombres de sièges – pour 2005 – annoncés sur le wiki germanophone ne correspondent pas à ceux donnés sur le site du Landtag NRW, ni à ceux donnés par le ministère de l'Intérieur régional (Innenministerium).

La participation au scrutin a connu une forte hausse par rapport aux dernières élections : elle s'est élevée à 63 % des inscrits contre seulement 56,7 % en 2000.

La présidente de la CDU, Angela Merkel, a qualifié le résultat du scrutin de « sensationnel », et a marqué son accord de principe à la perspective d'élections fédérales anticipées, dont la proposition avait été faite quelques minutes auparavant par le chancelier Schröder, en estimant que, selon ses vues, « chaque jour pendant lequel la coalition rouge-verte ne gouverne pas, c'est un bon jour pour l'Allemagne ».

Il faut noter que Mme Merkel, forte des résulats obtenus ce dimanche, devrait selon toute probabilité être désignée, lors d'une réunion le 30 mai prochain, candidate commune de l'opposition CDU + CSU (« Union chrétienne-sociale en Bavière » au poste de chancelier fédéral en vue des élections fédérales initialement prévues en 2006 et qui devrait désormais se tenir à l'automne 2005, une fois que le Bundestag (chambre basse du parlement allemand) aura voté son auto-dissolution.

Sources