Afghanistan : deux soldats allemands tués et quatre autres blessés

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Depuis le début de l'intervention en 2001, 49[1] soldats allemand sont morts en Afghanistan tandis que 5 000 autres sont déployés.

20 février 2011. – Le poste avancé de la Bundeswehr OP North situé dans le nord de l'Afghanistan a connu vendredi un incident tragique. À 12 h, heure locale (8 h 30 UTC), un homme vêtu d'un uniforme de l'armée afghane a ouvert le feu en direction d'un groupe de soldats allemands. Quatre d'entre eux ont été sérieusement touchés et deux autres plus légèrement. Un sergent de 30 ans est décédé peu après l'attaque des suites de ses blessures. Après avoir informé tout d'abord les parents de l'incident, le Centre de commandement des opérations de la Bundeswehr situé à Potsdam en a fait de même à la presse. La mort d'un autre soldat, un caporal de 22 ans a été annoncée à 17 h 30. Il a également succombé à ses blessures. Les autres soldats blessés ont été transportés dans des centres de secours à Kondôz et à Mazâr-e Charîf. Cet incident intervient après que le ministre allemand de la Défense Karl-Theodor zu Guttenberg eut visité la base jeudi dernier.

Les soldats étaient chargés de surveiller des réparations de véhicules sur une aire de stationnement non loin de la porte principale, lorsque l'homme a ouvert le feu. Ces derniers ont tout de même réussis à riposter, tuant l'attaquant. Les soldats appartiennent au 112e bataillon d'infanterie basé à Regen en Bavière, qui fait partie de la 12e brigade blindée. L'unité était à la fin de leur déploiement en Afghanistan et relève du Commandement régional du Nord en Afghanistan de l'ISAF[2].

Ce nouveau type d'attaque a été prise en compte par le Bataillon de formation et de protection[3] qui compte travailler étroitement avec les soldats afghans pour éviter que cela se reproduise. Bien que cette base soit situé dans le nord, la région la moins enclin aux combats, cette attaque s'explique par le fait que le belligérant était resté en tant que membre de l'Armée nationale afghane dans le camp de soldats allemands.

Notes

Sources