Affaire de l'Arche de Zoé : six demandes de grâce adressées au président Idriss Déby

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

8 février 2008. – Condamnés par la justice tchadienne à huit ans de travaux forcés dans le cadre de l'affaire de l'Arche de Zoé (peine transposée en huit ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Créteil en janvier), six travailleurs humanitaires français pourraient être finalement grâciés par le président tchadien Idriss Déby Itno.

Jeudi 7 février, sur l'antenne d'Europe 1, ce dernier a ainsi indiqué qu'il pouvait envisager une grâce des Français condamnés pour tentative d'enlèvement de 103 enfants, qu'ils tentaient de faire passer pour des orphelins du Darfour. « On peut leur pardonner, car le pire a été évité. Les enfants sont toujours au Tchad. Qu'est ce que ça m'apporterait qu'il y ait six français en prison ? » avait-il alors expliqué.

Rama Yade, secrétaire d'État du gouvernement français chargée des affaires étrangères et des droits de l'Homme a donc indiqué ce matin que six demandes de grâce allaient être transmises dans la journée au chef d'État tchadien. « C'est un signe très encourageant » s'est réjoui Me Olivier Desandre-Navarre, l'avocat d'un des six humanitaires, tout en restant prudent tant que la grâce (qui constitue désormais le seul espoir de libération pour les six membres de l'Arche de Zoé) n'a pas effectivement eu lieu.

Paris assure qu'un tel geste de la part d'Idriss Deby Ito n'aurait « aucun lien » avec les récents troubles au Tchad, pendant lesquels la France a soutenu le président Deby face aux rebelles.

Sources