Accidents nucléaires de Fukushima : les évènements du 23 mars 2011

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
En échelle logarithmique, les niveaux de rayonnement mesurés en plusieurs points au voisinage du site nucléaire de Fukushima Daiichi en mars 2011. À mettre en relation avec : 12 mars 15 h 36, explosion sur le réacteur n°1 ; 14 mars 11 h 01, explosion sur le réacteur n°3 ; 15 mars 06 h 10, explosion sur le réacteur n°2 ; 15 mars 09 h 38, explosion sur le réacteur n°4 (« gate » = porte ou grille d'entrée (de la centrale), « HQ » = Quartier général ou Siège social, « Daini » = Fukushima Daini, c'est-à-dire la centrale située à 11,2 km au Sud de Daiichi) ; 02 h 30 L'exploitant TEPCO annonce avoir commencé l'injection d'eau de mer dans le réacteur n°1 par le circuit d'alimentation en eau[1].

Heure par heure, voici les événements de la journée à la centrale nucléaire japonaise de Fukushima.

23 mars 2011. – 10 h 00 : l'exploitant annonce avoir commencé l'arrosage de la piscine n°4[1].

15 h 50 : selon l'agence Jiji, les banques japonaises vont prêter 2 000 milliards de yens (17,4 milliards d'euros) à l'opérateur TEPCO, lui apportant une aide financière afin qu'il puisse assurer les réparations des centrales endommagées ainsi que le démantèlement de la centrale de Fukushima[2].

Deux nouvelles fortes secousses sismique de magnitude 5,8 et 6,0 auraient été ressentis près de la centrale de Fukushima, selon la télévision publique NHK il n'y aurait pas de nouveaux dommages[3].

Dans la journée 2 techniciens on été blessés en tentant de rétablir l'électricité dans le réacteur 1. De plus, le personnel de la centrale a du interrompre son travail en raison d'un niveau de radiation trop élevé autour du réacteur 2 a annoncé l'ASN, de la fumée noire se dégagerait également du réacteur 3, « Nous ne savons pas si la fumée vient du bâtiment abritant la turbine ou bien de l'enceinte de confinement du réacteur », a indiqué un porte-parole de l'opérateur[4].

Le niveau de radiation aurait atteint 500 millisieverts par heure, ce qui correspond à la dose de rayonnement à laquelle avaient été soumis les « liquidateurs » de Tchernobyl[5].

À 100 m en mer au large de Fukushima, des prélèvements d’eau de mer contiennent des niveaux en iode 131 de l’ordre de Bq/cm3 (100 fois supérieurs à la norme japonaise)[6].

21 h 10 : une nouvelle réplique a frappé la région de Fukushima de magnitude 4,7 avec un épicentre a 10 kilomètre de profondeur, aucun dégâts ni blessés n'a été relevé[7].

Notes

Voir aussi

Source