France : conférence de Richard Stallman à Paris

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

14 novembre 2010. – Le Centre pour la recherche interdisciplinaire (CRI)[1] a invité avant-hier Richard Stallman à présenter « son » système de Copyright versus Community.

Rappel historique

Évolution des termes des droits d'auteur aux États-Unis (copyright)

Lors de l'invention de l'imprimerie par Gutenberg est apparu un système centralisé qui garantissait l'octroi de monopoles à des éditeurs sur l'exploitation des œuvres. Mais ces privilèges royaux étaient courts : les « brevets d'impression » ne duraient que de trois à dix ans, délai après lequel l'œuvre tombait dans le domaine public. Avec la révolution, l'abolition des privilèges a abouti à la création des droits d'auteur en France. À partir du XVIIIe siècle, le copyright est apparu parallèlement dans les pays du common law.

Bien que les coûts de publication soient de plus en plus faibles, on observe un allongement de la durée de protection. Ainsi, le Copyright Act de 1976 a repoussé le terme des droits d'auteurs à cinquante ans après la mort d'un auteur et à soixante-quinze ans pour les œuvres en nom collectif d'entreprise ; et le Copyright Term Extension Act a prolongé la durée des droits d'auteur de vingt ans aux États-Unis en 1998.

Situation actuelle

GNU Linux équipe environ 1% du milliard d'ordinateurs dans le monde en 2010[2].

Le système de copyright n'est pas adapté aux réseaux décentralisés des ordinateurs connectés à l'Internet. Seul un renforcement draconien des sanctions peut le maintenir. À titre d'illustration, la « gestion des droits numériques » est désormais directement implémentée au niveau du hardware, des DVD ou du BIOS.

Richard Stallman développe une communauté copyleft, articulée autour du système d'exploitation GNU utilisé par plus d'une dizaine de millions d'ordinateurs dans le monde[3] et des œuvres libres sous licence de libre diffusion. Basée sur une économie de don, cette communauté s'appuie sur les législations du système copyright et permet aux contributeurs de se réapproprier leurs logs.

Propositions pour le futur

GNU baby

Selon Stallman, la justification légitime du copyright est de promouvoir des progrès bénéfiques au public en respectant les libertés essentielles des utilisateurs de l'œuvre. Aussi, les droits d'auteur ne devraient-ils pas excéder dix ans. Concernant les arts, Stallman propose que les impôts bénéficient directement aux artistes proportionnellement à la racine cubique de leur popularité au lieu de financer les éditeurs. Enfin, il préconise la mise en place d'un système permettant de faire des dons anonymes à l'artiste par la machine qui reproduit l'œuvre.

Interview

Exclusivefr.png
Interview de RMS par Daniel Rodet
Wikinews : En quoi le logiciel libre est-il plus « éthique » qu'amoral ?
Richard Stallman : La dimension morale du logiciel libre réside dans l'application simultanée des quatre libertés suivantes[4] :
  1. La liberté d'exécuter le programme,[5]
  2. La liberté d'étudier le fonctionnement du programme,[6]
  3. La liberté de redistribuer des copies du programme,[7]
  4. La liberté d'améliorer le programme.[8]

Il est immoral d'interdire l'utilisation de ce logiciel. Notez bien que je ne suis pas contre le logiciel privé mais contre le logiciel « privateur de liberté ».

Wikinews : La Free Software Foundation ne peut-elle pas financer ses infrastructures techniques et humaines en collectant des dommages-intérêts auprès d'institutions qui violent le copyright du code sous licence publique générale GNU ?
Richard Stallman : L'argent n'est pas notre préoccupation principale ; d'ailleurs, nous n'avons pas de salarié exclusivement dédié à la collecte de fonds. Depuis 1998, notre action est devenue essentiellement politique pour conserver la motivation de nos volontaires : elle vise à préserver la liberté de l'utilisateur du logiciel.

Les plaintes de la Free Software Foundation sont presque toujours corrigées sans procès, et notre but principal est la correction des mauvaises pratiques.

Wikinews : L'information libre ne renforce-t-elle pas la loi de puissance, et donc plus généralement les détenteurs du patrimoine ?
Richard Stallman : La liberté économique et logicielle ne sont pas une même chose. Mais je n'ai pas fait d'analyse scientifique pour savoir si les logiciels et œuvres libres favorisent ou non les plus riches. Je crois le contraire, à savoir qu'ils bénéficient davantage aux pauvres. Cependant, je dois préciser que le mouvement pour le logiciel libre ne défend aucun « business model » spécifique. Nous sommes contents lorsqu'un informaticien gagne de l'argent de manière éthique, c'est à dire en respectant la liberté de ses clients et du public.

Notes

  1. Le CRI est financé par la Fondation Bettencourt Schueller
  2. Estimation des ordinateurs GNU/Linux par hackurx.
  3. ((en)) Reporting about Virginia tech en 2008.
  4. Description exacte et détaillée de la philosophie GNU en français
  5. pour tous les usages (liberté 0).
  6. et de l'adapter à vos besoins (liberté 1). Pour ceci, l'accès au code source est une condition requise.
  7. donc d'aider votre voisin, (liberté 2)
  8. et de publier vos améliorations, pour en faire profiter toute la communauté (liberté 3). Pour ceci, l'accès au code source est une condition requise.

Sources


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n'est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.