YouTube soutient les regroupements d'ayants droit

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Logo de YouTube

27 novembre 2010. – Après la SACEM, la plateforme de Google a décidé de venir en aide à de nouveaux groupes.

Dans le cadre des Assises du Numérique, se déroulant jeudi à l'Université Paris Dauphine, M. Alex Türk a évoqué l'action du groupe californien Google, en ce qui concerne les droits d'auteur. En effet, déjà associée à la SACEM, la plateforme mondiale de partage et de streaming vidéo a décidé de poursuivre dans cette voie. Elle vient de signer une série d'accord avec d'autres sociétés d'ayants droit : la SCAD, la SCAM et l'ADAGP.

YouTube revendique son soutien aux auteurs de contenus culturels, et ceux-ci le lui rendent bien. En effet, contrairement à son concurrent français Dailymotion qui applique pourtant des normes publicitaires semblables, YouTube a lancé une politique globale de rémunération. Elle possède désormais ses ambassadeurs, dans tous les domaines. Les producteurs des contenus gratuits les plus visionnés, à l'image du français Rémi Gaillard plaident en faveur du géant américain qui leur attribue des bénéfices substantiels sur leurs travaux.

Afin d'aider encore davantage les auteurs, YouTube a également entrepris d'appliquer une rétroactivité à ces accords. Ainsi, une partie des bénéfices publicitaires réalisés depuis 2007 seront attribués aux auteurs des vidéos. En faisant ce pas en direction des auteurs, YouTube s'assure une plus grande bienveillance. Si on y ajoute ses systèmes de protection du copyright, on peut bel et bien estimer que le groupe californien Google a lavé l'image de sa plateforme, autrefois réputée pour le partage de vidéos protégés, dans le non-respect de la propriété intellectuelle.

Sources


Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews .
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).