Victoire de Silvio Berlusconi aux élections législatives italiennes

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Silvio Berlusconi va devenir Premier ministre pour la troisième fois.

15 avril 2008. – Selon les projections des instituts de sondage et des résultats partiels, le parti du Peuple de la liberté de Silvio Berlusconi, âgé de 71 ans, a largement remporté les élections législatives italiennes en obtenant la majorité absolue à la fois au Sénat et à la Chambre des députés. Selon les résultats partiels du ministère de l'Intérieur, la coalition de droite obtient 47,1 % des voix au Sénat contre 38,1 % au centre-gauche de Walter Veltroni et 46,4 % des voix, contre 37,9 % à la gauche à la Chambre des députés.

Alors que le parti régionaliste de la Ligue du nord devrait pratiquement doubler son score en recueillant plus de 8 % des voix au Sénat, la Gauche arc-en-ciel (communistes et Verts) est la grande perdante de ces élections avec seulement 3,5 % des voix au Sénat contre 11,5 % en 2006. Par rapport aux dernières législatives de 2006, la participation s'établit à un peu plus de 80 %, en baisse de 3,5 points selon le ministère de l'Intérieur.

Silvio Berlusconi est intervenu au téléphone dans deux émissions télévisées dans la soirée où il a confirmé « Oui nous avons gagné, et c'est ce que je n'ai cessé de dire pendant toute la campagne électorale », tout en annonçant « des mois difficiles » qui « demanderaient un grand courage » des Italiens et qu'il allait s'attaquer rapidement « au problème des ordures et à Alitalia ». Il a également affirmé que la formation du gouvernement serait rapidement effectuée tout en promettant de nommer « au moins quatre femmes au gouvernement ». Lors des mêmes émissions, Walter Veltroni, qui portait l'héritage du gouvernement précédent de Romano Prodi, a reconnu sa défaite, estimant que le résultat était « clair ».

De son côté, Umberto Bossi, le chef de la Ligue du Nord a confirmé la participation de son parti dans la coalition en précisant que « Berlusconi est un ami. Nous avons respecté notre parole, il ne sera jamais otage [de la Ligue] ».

Sources