Vers une source alternative de cellules souches ?

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


8 janvier 2007. – Des scientifiques américains des universités de Wake Forest et de Harvard ont annoncé avoir découvert le moyen de résoudre le problème éthique soulevé par les méthodes actuelles d'obtention des cellules souches humaines. En effet, celles-ci ne pouvaient être obtenues que par prélèvement sur des embryons, impliquant sa destruction. La méthode proposée par les chercheurs est beaucoup plus simple, et n'implique plus cette destruction qui est à la source de toutes les polémiques sur ce genre de travaux.

Cellule souche embryonnaire de souris.

La nouvelle source (qualifiée d'abondante) serait le liquide amniotique dans lequel baigne le fœtus lors de la grossesse. Selon les chercheurs, les cellules ont été prélevées sans nuisance pour la mère ou au fœtus, et ont servi à engendrer plusieurs types de cellules, que l'on retrouve notamment dans le cerveau, le foie ou les os. Il est à noter que des techniques de prélèvement de liquide amniotique constituent des techniques médicales courantes (amniocentèse). Le Dr. Anthony Atala, directeur de l'institut de médecine régénératrice de Wake Forest et coordinateur du projet de recherche a déclaré : « Notre espoir est que ces cellules offriront une ressource précieuse pour la réparation des tissus, ainsi que pour les organes de synthèse ».

Bien qu'après les 7 années de travaux qui ont été nécessaires pour produire ces résultats, le Dr Atala et ses collègues aient souligné qu'ils ignoraient toujours combien de types de cellules peuvent être engendrés à base de ces cellules souches, ils indiquent également que ces résultats, publiés dans la revue "Nature Biotechnology", vont au-delà de toutes les recherches présentées lors du congrès de l'association américaine du cœur en novembre dernier. Un chercheur suisse, Simon Hoestrup, avait notamment communiqué être capable de faire croître des valves cardiaques humaines à partir de ce type de cellules souches, bien que ses travaux n'aient pas encore été publiés.


Sources