Une nouvelle plateforme du documentaire libre

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rajagopal dans le viseur de la caméra.

14 février 2008. – Un nouveau site collaboratif, dédié aux documentaires libres de droits, vient de voir le jour sur la Toile sous le nom de « Then You Win ». Bien que très récent, la plateforme résulte du fruit de plusieurs mois de tournages, notamment en Inde ou au Bangladesh, par trois passionnés.

Il consent à répondre aux questions de Wikinews. C'est donc dans le cadre d'une discussion en privé sur Freenode, le 13 février 2008, que l'entretien a eu lieu.

Wikinews : En quoi consiste le site Then You Win
Camille Harang : C'est une plateforme de travail collaboratif et de financement pour libérer des documentaire professionnels. Pour libérer, il faut entendre « libérer des droits en conformité avec la définition du libre. »
WN : Quelles sont vos fonctions sur ce projet ?
C.H. : Je gère la globalité du projet, excepté la réalisation des documentaires où Sébastien Saugues, le réalisateur, s'en charge.
WN : Depuis combien de temps le projet existe-t-il ?
C.H. : Depuis environ une semaine. Le tournage a commencé en Inde en juillet, mais le site est en ligne depuis le 4 février.
WN : comment collabore-t-on sur ce projet ?
C.H. : nous avons mis en avant 5 principales activités, mais le projet est ouvert à toute autre type de collaboration :
  • dons
  • promotion
  • montage
  • traduction
  • partenariat
WN : Comment sont obtenus les documentaires ? Sous quelles formes ?
C.H. : Ils seront vraisemblablement envoyés par DVD à ceux qui en auront fait la demande, ensuite les médias s'il y a lieu, et bien sur le site internet, en format Ogg/Theora/Vorbis, cela va de soi :-)

Pour répondre à la deuxième partie de la question, nous commencerons chronologiquement par le DVD..

WN : Quelles sont les sources pour obtenir les supports ? (particuliers, professionnels, médias…)
C.H. : Nous sommes partis en Inde pour le tournage. Nous sommes trois personnes à avoir quitté nos emplois respectifs en juillet 2007 pour nous retrouver en Inde pour le tournage. Nous venions de Corée, Thaïlande et France. Le tournage a duré entre 4 et 5 mois en tout dont une partie a été réalisée aussi au Bangladesh.
WN : Vous vouliez parler du Janadesh, je présume ?
C.H. : Exact.
WN : Si je comprends bien, vous réalisez vous-même les reportages
C.H. : Le cœur du projet oui, mais le travail collaboratif est essentiel. Une équipe va chercher la matière première, et la met ensuite sur la table pour un travail collaboratif. Le réalisateur Sébastien Saugues travaille depuis une dizaine d'année dans le secteur humanitaire; il a côtoyé Rajagopal, le « nouveau Gandhi ». Il a donc décidé de faire une série de documentaires sur ses luttes non-violentes, dont la plus spectaculaire : le Janadesh.
WN : Sous quelles licences sont-ils mis en ligne ? À quels prix ?
C.H. : Comme la majorité des productions professionnelles ils sont en premier lieu tous droits réservés :
  • Le prix total du budget a été réduit de 30 à 40% grâce :
    • au travail collaboratif,
    • l'utilisation exclusive de logiciels libres
    • le contournement de nombreux intermédiaires
  • les coûts logistiques (excluant tout salaire) s'élèvent à 20 000 €. Si ce palier de remboursement est atteint, un licence plus permissive sera appliquée : Creative Commons NC-BY-ND.
WN : Pour les lecteurs, pouvez-vous expliquer ce que signifient Creative Commons NC-BY-ND ?
C.H. : C'est à dire que le public peut copier et diffuser le contenu pour une utilisation non commerciale, ce qui n'est pas compatible avec la définition du libre, mais s'en rapproche. Celle-ci est définie à cette adresse.

Par la suite, si nous réussissons à atteindre le palier de 50 000 €, correspondant au budget logisitique incompressible ainsi qu'aux salaires des employés, une licence CC BY-SA sera appliquée, c'est à dire une licence libre compatible avec Wikipédia par exemple. Plus précisément, ce sera la version 3.0 (anglais) qui sera utilisée. Ce modèle est appelé funding and licencing par Creative Commons. C'est la première initiative de ce genre pour un projet de cette envergure. Il est soutenu par Lawrence Lessig, depuis le premier jour.

WN : La Wikimedia Fondation se serait-elle intéressée à vos travaux ?
C.H. : Oui, j'ai contacté Anthere[1] à ce sujet, elle pense que Commons et Wikinews pourraient être intéressés. Lorsque le projet sera libre évidement. Erik Möller[2] a proposé la création d'une page dédiée à faire lumière sur ce type de projet sur le site de la fondation.
WN : Quel message désirez-vous laisser aux lecteurs de Wikinews ?
C.H. : Que les médias traditionnels et le travail collaboratif ne sont pas en opposition : les deux parties auront tout à gagner à travailler ensemble, pour plus de contenu, plus de liberté, plus de qualité et plus de notoriété.
Notes

Voir aussi


Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews .
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).


Voir sur Wikipédia l'article
Janadesh 2007.