Une équipe sud-coréenne affirme avoir cloné des embryons

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

19 mai 2005. – Des chercheurs sud-coréens ont publié, jeudi 19 mai dans le magazine américain Science un article annonçant la réussite de leur méthode de création de cellules souches pour des patients atteints de maladies génétiques, pour lesquels une autogreffe à partir des cellules souches pourrait être possible.

Le gynécologue Shin Yong Moon et le vétérinaire Woo Suk Hwang, connu pour ses clonages sur des bovidés, ont réussi a limiter le nombre d'ovules nécessaires pour ce type de clonage thérapeutique de 250 en moyenne à environ 17, ce qui est comparable au prélèvement nécessaire pour une fécondation in vitro. Les oeufs obtenus grâce aux donneuses ayant moins de trente ans onte même une chance sur quatorze de parvenir au stade embryonaire.

Une autre amélioration par rapport aux procédés actuels est l'élimination de cellules animales dans le processus de croissance de l'embryon. Ces cellules sont maintenant remplacées par des cellules humaines pour éviter toute contamination d'un virus animal.

Le docteur Hwang a par ailleurs affirmé vouloir «trouver un moyen de guerrir des maladies dévastatrices» et assure que cette étape est une «avancée importante», les patients ayant maintenant «des cellules souches clonées et indétectables par le système immunitaire» («We want to find a way to cure devastating diseases, and one of the big points of our research is patients [now] have immune-matched, cloned, embryonic stem cells»).

Les onze patients, agés entre 2 et 52 ans et atteints de diabète de type I, d'hémiplégie ou de maladies héréditaires immunitaires, ont maintenant un stock de cellules spécifiques «personnalisées», obtenues grâce à un nouveau type de stimulation de l'ovule dans lequel avait été introduit le noyau du patient pour former une réplique génétiquement identique au donneur.

Ce type de recherches, très controversées et interdites dans de nombreux pays (comme la France ou les États-Unis ne peut avoir lieu pour le moment que dans quelques pays qui l'ont expressément autorisée (Royaume-Uni, Corée du Sud), et dans le débat suivant cette avancé qualifiée de «spéctaculaire» par plusieurs scientifiques américains, le président George Bush a durci son discours contre tout type de clonage, même thérapeutique, à l'annonce des résultats de l'équipe de Corée du Sud.

Sources