Un robot russe retrouvé sur la Lune

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fichier:Lunokhod2.jpg
Véhicule-robot d'exploration de la Lune série Lunokhod

17 mars 2010. – Phil Stooke, un chercheur à l'Université de Western Ontario (Canada), a annoncé avoir établi mardi la position exacte de Lunokhod 2, robot motorisé lancé le 1er août 1973 par l'Union soviétique au cours du programme Lunokhod. Selon le chercheur, le robot est entré dans un petit cratère lunaire, provoquant la chute de rochers sur son radiateur, suivie de la surchauffe et de l'arrêt de son moteur ; il s'est donc immobilisé.

M. Stooke a étudié des récentes photos de la Lune fournies par la NASA[1], précisément par la LRO[2], une sonde spatiale scrutant la surface de notre satellite depuis juin 2009 et a retrouvé le robot et sa trace longue de 37 kilomètres. « Nous avons enfin vu sur ces photos les traces laissées par le Lunokhod. Connaissant l'histoire de sa mission, nous pouvons désormais nous faire une idée détaillée de ses activités. Nous voyons qu'il mesurait le champ magnétique en faisant l'aller et le retour sur une même distance, dans le but de recueillir le plus d'informations possibles », a-t-il expliqué.

L'information, relatée dans les médias, a été démentie par Mikhaïl Marov, l'un des auteurs du programme lunaire soviétique. Les chercheurs russes n'ont en effet, selon lui, jamais perdu la trace de Lunokhod 2. Sa position était connue : 26.6° N, 30.6° E. « Nous sommes contents d'avoir établi à l'époque les coordonnées des robots Lunokhod-1 et Lunokhod-2 avec assez d'exactitude, mais quarante ans se sont déjà écoulés depuis l'époque des robots lunaires et la science est en développement constant. La position du Lunokhod-2 a été précisée grâce aux images haute résolution fournies par la sonde LRO ».

Lunokhod 2, deuxième robot lunaire soviétique, était destiné à étudier les propriétés mécaniques de la surface lunaire, à collecter des images de la Lune, à observer le rayonnement X solaire, à mesurer des champs magnétiques locaux et à mener d'autres études scientifiques. En quatre mois, Lunokhod 2 a transmis plus de 80 000 photographies, dont 86 panoramiques de la surface lunaire.

Notes

Sources