Un nouveau cycle de négociations sur le climat s'est ouvert à Bangkok

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

31 mars 2008. – Un nouveau round de négociations d'une semaine réunit dès lundi à Bangkok les représentants de 163 pays pour se mettre d'accord sur un nouvel accord mondial qui remplacera le protocole de Kyoto à son expiration en 2012, pour lutter contre le réchauffement climatique. Avant de commencer leurs travaux, ils ont pris connaissance d'un message vidéo de Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies qui leur a déclaré : « Vous vous êtes rassemblés pour lancer un processus de négociations dont le but est de changer le cours de l'Histoire ».

Première réunion du genre après celle tenue à Bali en décembre 2007 qui avait débouché sur la décision de mettre sur pied un plan d'action mondial et contraignant d'ici à la fin de l'année 2009, les discussions devraient, pendant cette semaine, porter principalement sur les responsabilités respectives des nouvelles économies et des pays industrialisés. Si l'ensemble des participants s'accordent à vouloir réduire les émissions de gaz à effet de serre, les États-Unis d'Amérique, plus gros pollueur mondial, refusent de s'engager unilatéralement dans une diminution si d'autres pays, tels que l'Inde et la Chine, ne font pas de même.

Yvo de Boer, secrétaire exécutif de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), a ainsi relevé que cet accord constitue « un défi incroyable ». Citant les travaux du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC), il a émis l'espoir que ces émissions soient réduites de moitié pour 2050, tout en fixant des objectifs intermédiaires pour 2020.

Dans l'attente en particulier du résultat des élections américaines de 2008, les spécialistes ne s'attendent pas à des percées majeures lors de cette semaine de réunion dont le but principal est de permettre aux différents intervenants de faire valoir leur position de départ dans les négociations, en vue de la Conférence de Copenhague prévue pour décembre 2009.

Sources