Un hebdomadaire satirique français publie les caricatures

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

9 février 2006. – Le journal satirique hebdomadaire Charlie Hebdo a publié les caricatures représentant le prophète de l'islam. À la reproduction de ces caricatures, s'ajoute en première page une autre caricature (de Cabu) à côté du titre : « Mahomet débordé par les intégristes », représentant Mahomet se prenant la tête entre les mains et disant : « C'est dur d'être aimé par des cons... ». Il entend protester contre une caricature de presse qui doit respecter les préceptes de toutes les religions pour ne froisser personne. Selon Phillipe Val, les religions ne concernent que leurs croyants, les athées, les autres personnes ne sont pas concernés. Dans ce numéro, on note aussi un encadré dans lequel comparaison est faite entre une pipe et Magritte, entre une caricature et un prophète. "Ceci n'est pas une pipe" dit le peintre... et de Charlie Hebdo d'enchainer "Ceci n'est pas un prophète" la représentation est sans doute figuré, incorrecte, mais elle démontre encore que l'interprétation d'un dessin, d'un mot dépend de celui qui la lit.

On peut aussi parler d'une instrumentalisation des ces caricatures car elles ont été publiés le 30 septembre 2005. Antoine Sfeir lors d'une intervention dans Arte-info le 31 janvier 2006, parle d'une récupération ayant pour objectif de détourner l'attention médiatique des autres problèmes d'actualité touchant le Proche-Orient.

Pour toutes les organisations de défense des libertés, les caricatures ne sont pas des injures contre la foi en elle-même mais contre l'islamisme intégriste. D'ailleurs de nombreux pays ont rappelé leurs ambassadeurs ou condamné les auteurs des caricatures, ces derniers ont reçu des menaces de mort.

Gendarmes mobiles en protection devant les locaux du journal.

Afficher les caricatures peut être dangereux du point de vue des manifestations anti-caricatures, donc la police a stationné devant les bureaux du journal.

Aucun manifestant à la mi-journée.

Sources