Un foyer de fièvre aphteuse découvert en Angleterre

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Situation du foyer d'infection

6 août 2007. – Uun foyer de fièvre aphteuse a été découvert le 3 août dans un troupeau de vaches d'une ferme près de Guildford, comté de Surrey (60 km au sud-ouest de Londres), en Angleterre. Lors de l'épidémie précédente, en 2001, plus de 6 millions et demi de bêtes avaient dû être abattues et incinérées, ce qui avait causé 12 milliards d'euros de pertes à l'économie britannique.

Gordon Brown, le Premier ministre britannique, a décidé d'écourter ses vacances pour coordonner la lutte contre la fièvre aphteuse : mise en place d'une zone de protection de 3 kilomètres et un périmètre de surveillance de 10 kilomètres autour de la ferme, arrêt immédiat de tous les déplacements de bétail sur tout le territoire britannique, suspension de toutes les exportations de carcasses, viande et lait à destination de l'Union européenne.

Le porte-parole de la Commission européenne Philip Tod, en charge des questions sanitaires, déclare que la Commission adoptera lundi 6 août en procédure d'urgence la mesure mise en place par la Grande-Bretagne qui interdit le déplacement ou l'exportation de bétail et de produits animaux hors du pays. Ceci a donc été le cas aujourd'hui.

En France, le Ministère de l'Agriculture a décidé de procéder au recensement de toutes les introductions de bovins, ovins, caprins ou porcins en provenance du Royaume-Uni survenues au cours des 10 derniers jours et d'interdire tout rassemblement des espèces sensibles dans l'attente de ce recensement.

Le ministère britannique de l'Environnement a annoncé, samedi 4 août ,que le virus de la fièvre aphteuse découvert dans cette ferme de Grande-Bretagne provient d'une souche (souche du virus 01 BFS67, isolé dans l'épizootie de fièvre aphteuse de 1967 en Grande-Bretagne) très semblable à celle utilisée dans des laboratoires de recherche proches de l'exploitation. Deux laboratoires sont en cause[1]: l'un, à Pirbright, est géré par un organisme gouvernemental, l'Institut pour la santé animale (Institute for Animal Health), l'autre par la société pharmaceutique Merial, propriété du groupe américain Merck et du français Sanofi-Aventis. Ce dernier fait partie des quatre seuls laboratoires autorisés par l'Union Européenne à manipuler le virus de la fièvre aphteuse en vue de produire des vaccins, les autres étant situés à Cologne, Lyon et Lelystad.

Notes

Source