Aller au contenu

Ukraine : qui sont les Français recensés par le site web Mirotvorets ?

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Logo du site-web Myrotvorets.

Publié le 15 octobre 2022

En 2014, pour lutter contre les séparatistes du Donbass, un ancien sous-ministre ukrainien, George Tuka et un ancien député ukrainien, Anton Gerashchenko, ont créé le site web Mirotvorets, en ukrainien Миротворець, qui peut se traduire par « celui qui instaure la paix », pacificateur. En 2019, le site recensait 187 000 personnes ukrainiennes et étrangères, dont 327 mineurs, pour avoir commis des actes « contre la sécurité nationale l'Ukraine, la paix, la sécurité humaine et l'ordre public international, ainsi que d'autres infractions ».

En plus de cette liste que certains appellent la « kill list », le site a d'autres listes comme la « liste des militants et mercenaires de l'oblast de Donetsk », la « liste des employés de la télévision et radio de la République de Lougansk », la « liste des traîtres à la Patrie et leurs complices » et la « liste des criminels de guerre russes » ou les « complices » de ces derniers. En 2016, le site a publié les données personnelles de 4 508 journalistes nationaux et internationaux (BBC, Forbes, Reuters, CNN, New York Times, Al Jazeera, l’Agence France-Presse et Le Monde).

Parmi les Français, tous catégorisés « criminal », on trouve principalement des politiques comme Ségolène Royal, Jean-Luc Mélenchon, Christian Estrosi, Nicolas Dhuicq, François Asselineau, Marie-Christine Dalloz, René Danesi, Éric Zemmour, Thierry Mariani, Marion Maréchal-Le Pen, Marine Le Pen, Jean-Luc Reitzer, Patrice Verchère, Michel Voisin, Virginie Joron, Yves Pozzo di Borgo, Claude Goasgen, Jean-Pierre Thomas, Aymeric Chauprade, Jean-Luc Schaffhauser, Éric Le Dissès, Julien Rochedy, Pierre Malinowski, Jacques Miyar, Hubert Fayard, Sauveur Gandolfi-Scheit, Paul Quilès, Jean-Lin Lacapelle, Jérôme Lambert, Emmanuel Leroy, Nicolas Bay et Jacques Clostermann.

On trouve aussi des reporters comme Liseron Boudoul, Victor Loupan, Alain Barluet et Vladimir Vladimirovitch Pozner et des propagandiste russes comme Adrien Bocquet, Xavier Moreau et Christelle Néant.

On trouve enfin des artistes (dont des écrivains) comme Gérard Depardieu, Samy Naceri, Bruno Racine, Mikhail Rudy, Emir Kusturica, Alain Benajam, Nicolas Celoro et Yann Destal ainsi que le PDG d'Auchan Claude-Yves Robin.

En haut de la page d'accueil est affiché « Langley, VA, États-Unis », la cité dortoir de Washington, D.C., qui héberge le siège de la CIA. Les auteurs des fiches sont présentés comme des agences gouvernementales, à l'image de la CIA, la NSA, le FBI, le MI5, le SBU ou l'OTAN qui, sauf preuve du contraire, n'y ont pris probablement aucune part.

L'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), a accusé Mirotvorets de « museler les journalistes d'investigation ».

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Dossier
Pour plus de détails sur ce sujet, Wikinews a établi le dossier Conflit russo-ukrainien.
Ce dossier permet de situer cet article dans son contexte.



Logo Wikinews

avant Jour précédent

15 octobre 2022

Jour suivant avant