Trois sondages confirment l'avance du « non » au référendum sur le Traité Constitutionnel

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

24 mai 2005. – Trois sondages récents, publiés mardi 24 mai indiquent une montée du « non » au référendum sur la Constitution européenne. Les sondages CSA et Ipsos donnent 53% d'intentions de votes pour le rejet du texte. Un sondage Ifop, quant à lui, crédite le « non » de 54% d'intentions de vote, à cinq jours du référendum du 29 mai.

Le sondage Ipsos [source] réalisé pour Le Figaro et Europe 1 sur un échantillon représentatif des Français indique surtout une nette augmentation des personnes certaines d'aller voter le 29 mai prochain (67%), mais aussi un renouveau du « non » à gauche, avec plus de personnes certaines de leur choix. Alors que pour la majorité des sondés le « oui » représente le changement, qui semblerait être redouté par la grande partie des électeurs favorables au rejet du traité.

Le sondage Ifop [source] pour Paris Match réalisé par téléphone sur un échantillion représentatif (par la méthode des quotas) de 850 personnes, entre le 21 et le 23 mai indique en outre que 8% ne souhaitent pas se pronocer et que 22% pourraient encore changer d'avis. Les sympathisants communistes seraient 91% à choisir le « non » contre 78% des sympathisants FN et MNR, 58% des électeurs en faveur des Verts et 52% des sympathisants PS. Le « oui » est en tête chez les partisans de l'UMP (67%) et chez les centristes de l'UDF(74%).

L'enquête réalisée par l'institut CSA [source] pour Le Parisien, France Info et | a été mené par téléphone sur 999 personnes, entre le 21 et le 23 mai. Elle indique une abstention (ou équivalent) à 35%, une baisse de trois points par rapport au sondage précédent.

Sources