Togo : des dizaine de militants de l'opposition arrêtés

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Localisation du Togo

16 avril 2010. – Environ 70 personnes ont été interpellées mercredi soir, à Lomé, au siège de l'UFC[1], parti d'opposition togolais, qui prévoyait d'organiser une veillée de protestation contre la réélection du président Faure Gnassingbé.

« Cette manifestation a été interdite par l'autorité administrative compétente et, […] au regard des conséquences de la précédente veillée, l'autorité administrative a jugé que pour la sécurité des citoyens, des Togolais, il fallait l'interdire », a déclaré Amana Kodjo, chef d'escadron de la gendarmerie nationale, précisant qu'il s'agissait d'« individus venus des pays voisins. Ils ont élu domicile au siège de l'UFC dans le but troubler l'ordre public. Il était donc urgent de les interpeller pour des investigations ».

Depuis plusieurs semaines, l'opposition organise des manifestations en signe de protestation contre la réélection, le 4 mars dernier, de M. Gnassingbé lors de la présidentielle.

Notes

Sources



  • Page Afrique de Wikinews Page « Afrique » de Wikinews. L'actualité africaine dans le monde.