Suisse : le nombre d'infractions a baissé en 2010

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les actes de violence ont diminué de 6 % en une année.

22 mars 2011. – En 2010, le nombre d'infractions recensées en Suisse a diminué de 2 % pour un total de 656 858 cas. Ce sont principalement les infractions au code pénal qui ont baissé de 5 %. À l'inverse, les infractions à la loi sur les étrangers et sur les stupéfiants augmentent respectivement de 7 % et 4 %. Le nombre de prévenus mineurs a quand à lui diminué de 8 % en une année selon les chiffres publiés lundi par l'Office fédéral de la statistique[1]. Après 2009, c'est la seconde fois que la statistique de la criminalité est basée sur des critères uniformes dans tous les cantons.

Sur le total des infractions, près de 80 % concerne des affaires pénales. Les 20 % restants se répartissent entre la loi sur les stupéfiants (14 %), celle sur les étrangers (4 %) et d'autres lois annexes (2 %). Deux-tiers des infractions au code pénal sont perpétrées contre le patrimoine (vol, brigandage, dommage à la propriété, escroquerie, abus de carte de crédit...). Le tiers restant concerne des actes de violence pour 9 %. Parmi ces actes de violence, 3 % sont qualifiés de graves. Ils se répartissent en 53 homicides, 189 tentatives d'homicide, 487 lésions corporelles graves et 543 viols.

Globalement, les services de la statistique observent une diminution du nombre de cas recensés, pratiquement dans tous les domaines du code pénal. C'est en particulier le cas pour les actes de violence (-6 %), d'atteinte à l'intégrité sexuelle (-5 %), d'actes avec des enfants (- 26 %) et des viols (- 18 %). L'augmentation des infractions à la loi sur les stupéfiants est la conséquence de dénonciations plus nombreuses pour consommation (+2 %) et possession illégale (+7 %) de drogues.

Le nombre de prévenus (sachant qu'une personne peut être enregistrée par la police pour plusieurs infractions) a diminué de 1,4 % en une année. Cette diminution est presque entièrement le fait des mineurs pour lesquels la baisse atteint 8 %. En ce qui concerne l'origine des prévenus, ils sont résidents en Suisse à 80 % (et de nationalité suisse à 63 %), requérants d'asile à 4 % et sans permis de séjour à 15 %.

Références

  1. Communiqué de presse : ((fr)) « Recul de la criminalité enregistrée par la police ». Office fédéral de la statistique, 21 mars 2011.

Sources



    Page
  • Page Suisse de Wikinews « Suisse »
  • de Wikinews.