Suisse : la construction d'une antenne au sommet du Mont Tendre est retardée

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le sommet du Mont Tendre est au centre des polémiques.

2 juin 2010. – Le projet de construction d'une antenne de 25 mètres de hauteur au sommet du Mont Tendre, point culminant du Jura suisse à 1 678 mètres, dans le canton de Vaud, a été provisoirement retardé à la suite des recours déposés par plusieurs associations de protection de la nature. Lundi soir, le Grand Conseil vaudois s'est saisi de l'affaire et a adopté une motion demandant le rapport des travaux, tout en s'indignant devant le procédé utilisé, le Département fédéral de la défense n'ayant annoncé ce projet, classé « top secret », que dix jours avant le début des travaux.

Les communes concernées n'ont en effet été mises au courant que le 21 mai des travaux, qui devaient commencer dès début juin pour mettre en place cette installation qui doit être utilisée conjointement par l'armée et par la société Skyguide, chargée de gérer le trafic aérien au dessus du pays. Seule la commune de Montricher, sur le territoire de laquelle se trouve le site concerné, a donné un accord de principe, mais cette consultation date de 2006 et ne précisait pas la position exacte de l'antenne.

Devant cette nouvelle, une première mesure a été prise sous la forme d'un recours déposé conjointement devant le Tribunal cantonal vaudois par le WWF, Pro Natura et la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage ; la cour a prononcé un effet suspensif tout en cherchant à vérifier, dans les prochains jours, si les différentes procédures ont été correctement suivies. L'effet suspensif doit durer au moins quelques semaines, les différentes parties impliquées ayant en effet jusqu'à lundi prochain pour produire les documents officiels.

Dans un second temps, le député des Verts Raphaël Mahaim a déposé une résolution urgente au Grand Conseil, demandant au Conseil d'État de s'engager auprès de la Confédération pour obtenir un moratoire sur ce projet et l'ouverture de négociations ; la résolution a été approuvée par 79 voix contre 47 après des débats qui ont vu plusieurs orateurs critiquer la procédure impliquant l'utilisation du secret-défense pour limiter la possibilité de recours judiciaires sans toutefois remettre formellement en cause la nécessité de cette construction. Le choix du lieu, classé comme parc naturel, a également été critiqué.

Interrogé à ce sujet, le Conseiller d'État Jean-Claude Mermoud relève ironiquement qu'une antenne-relais pour le guidage des avions ne peut pas être installée au fond des gorges de l'Orbe tout en assurant que les autorités cantonales avaient été régulièrement informé de ce projet qui a été, selon lui, décidé par le Conseil fédéral. À la suite de cette intervention, les Verts ont déposé une nouvelle motion au parlement cantonal pour demander au gouvernement de s'expliquer sur son rôle dans cette affaire.

Sources