Suisse : l'initiative populaire en faveur du monopole de La Poste a abouti

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'initiative demande le maintien du service postal universel.

12 mai 2010. – L'initiative populaire des syndicats et des partis de gauche contre la libéralisation du service postal en Suisse a déjà réuni 120 000 signatures en cinq mois, selon ses promoteurs. Ce « soutien populaire massif » s'explique, pour les politiques, par le refus de la population de voir le service public actuellement assuré par La Poste Suisse ouvert au marché.

Cette initiative, intitulée « pour une Poste forte » sera officiellement déposée en juin à la Chancellerie fédérale. Elle demande de faire figurer la notion de service postal universel dans la Constitution sous la forme d'un réseau couvrant l'ensemble du territoire national et offrant un accès rapide et facile aux prestations pour tous les habitants ; afin de financer ce service, l'initiative demande également le maintien du monopole des lettres jusqu'à 50 grammes ainsi que la création d'une véritable banque postale ouverte au marché des crédits et des hypothèques. Soutenue par le Syndicat de la communication, l'Union syndicale suisse et le Parti socialiste, elle a donc été signée par 120 000 personnes en cinq mois, alors que la loi demande 100 000 signatures en 18 mois.

Cette annonce intervient alors que la Commission des télécommunications du Conseil national reprend l'étude du projet de loi visant à libéraliser le marché postal par étapes : après l'abaissement, en juillet de cette année de la limite du monopole de La Poste sur les lettres de 100 à 50 grammes, la libéralisation totale devrait survenir, selon le plan présenté par le Conseil fédéral, un an plus tard. Cette feuille de route n'avait été approuvée au Conseil des États que par 20 voix contre 19, les partis de gauche ainsi que les représentants des régions périphériques s'y étant opposés. Devant ce soutien populaire, la commission a préféré suspendre ses travaux et ne les reprendre que sur la base de nouvelles propositions.

Sources



    Page
  • Page Suisse de Wikinews « Suisse »
  • de Wikinews.