Suisse : l'idée de la caisse maladie unique est relancée

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La caisse unique veut limiter les augmentations des coûts médicaux.

1er février 2011. – Quatre ans après le net refus populaire, une coalition menée par le Parti socialiste suisse et la Fédération romande des consommateurs lance une nouvelle initiative populaire fédérale en faveur d'une caisse d'assurance maladie unique en Suisse pour l'assurance de base obligatoire. Les initiants ont maintenant jusqu'au 31 juillet 2011 pour récolter les 100 000 signatures nécessaires à l'aboutissement de leur texte.

Les initiants ont profité de cette année électorale pour présenter leur nouvelle initiative. Selon eux, le modèle actuel de concurrence entre les quelque 80 caisses pour l'assurance de base ne fonctionne pas et engendre même des coûts supplémentaires de « plusieurs centaines de millions de francs ». Toujours selon le communiqué du comité d'initiative, le système actuel pousserait les caisses maladies à se livrer à une « chasse aux bons risque », pénalisant de fait les personnes âgées et les malades chroniques.

Par rapport à l'initiative refusée par plus de 70 % des votants en 2007, cette nouvelle proposition ne veut plus indexer les primes en fonction du revenu. Selon les initiants, « beaucoup de choses ont évolué en quatre ans ». En particulier, l'augmentation des primes a été telle que les gens « ont compris la nécessité de changer de système pour l'assurance de base ». Si les initiants se refusent à indiquer un montant précis d'économie, ils estiment que la publicité et le marketing, coûtent chaque année entre 200 et 400 millions de francs aux caisses qui doivent également rémunérer 80 conseils d'administration.

De l'autre côté de l'échiquier politique, Santésuisse, l'association faîtière des assureurs-maladie condamne cette initiative comme étant un « mauvais remède » qui ne résoudrait aucun des problèmes actuels, mais introduirait plus de bureaucratie et plus de dépenses. L'association met également en avant la perte de liberté de choix pour les patients.

Sources