Suisse : l'EPFL va numériser les archives du Montreux Jazz Festival

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Près de 5000 heures et plus de 4000 concerts vont être digitalisées

10 décembre 2010. – Le projet « Montreux Sounds Digital Project », supervisé par l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), vise à numériser près de 5 000 heures de vidéo représentant l'ensemble des concerts tenus dans le cadre du Montreux Jazz Festival, permettant ainsi de sauver ce patrimoine audiovisuel unique au monde. Le travail, qui doit débuter en 2011, devrait durer près de deux ans.

Comme l'a confirmé Claude Nobs, fondateur du festival, dans une conférence de presse, tous les concerts donnés dans le cadre du Montreux Jazz Festival ont été enregistrés depuis son ouverture en 1967 ; ce sont ainsi près de 5 000 heures de vidéo qui ont été réalisées lors de près de 4 000 concerts, représentant « la plus grande vidéothèque au monde de musique contemporaine des années 60 à nos jours », selon l'expression de Claude Nobs.

Depuis plusieurs années, la société de Claude Nobs appelée « Montreux Sounds » cherche à réunir ces bandes, dispersées aux quatre coins du monde et dont certains spécimens uniques ont été sauvés de la destruction. Appelés à l'aide, ni la Confédération, ni le canton de Vaud, ni la commune de Montreux ne se sont montrés intéressés par la sauvegarde de ces bandes qui se sont retrouvées stockées dans le chalet de Claude Nobs. C'est finalement grâce à un don d'un million de francs accordé par une mécène australienne et à l'engagement financier d'un sponsor privé que le projet, d'un budget total de cinq millions, a pu être lancé.

Contacté à ce sujet, le président de l'EPFL a fait part de sa stupeur lors de sa découverte, il y a quatre ans, de l'existence de ce « trésor » et s'est dit convaincu de devoir en faire une copie afin qu'il « soit accessible aux autres générations », tout en relevant le défi technologique pour l'école. La première numérisation sera ainsi effectuée par des spécialistes à Paris, l'EPFL prenant pour sa part en charge le stockage, la sécurité et la protection des documents numérisés ainsi que leur accès.

Le projet de recherche lié à la pérennité de ces documents, qui devront changer de support tous les sept ans environ selon un spécialiste du sujet, occupera près de 20 laboratoires et constituera la base du nouveau MetaMedia Center, futur pôle de compétences dans ce domaine que prévoit de mettre en place l'EPFL et qui pourrait accueillir à terme d'autres archives audio-visuelles. En ce qui concerne le fond musical du MJF, il sera dans un premier temps disponible aux chercheurs, étudiants, musiciens et professionnels, l'ouverture au public devant se faire progressivement, en particulier via les Montreux Jazz Café.

Sources