Suisse : création d'un comité chargé de développer la cyberéconomie

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le decteur des TIC a realisé 5,1 % du PIB suisse en 2009.

14 septembre 2010. – Le département fédéral de l'économie a annoncé lundi[1] la création d'un comité baptisé « eEconomy Board » et chargé d'améliorer l'utilisation des potentiels du monde numérique par l'économie suisse. Ce nouvel organisme sera chapeauté par la conseillère fédérale Doris Leuthard et présidé par le patron de Microsoft Suisse.

Lors de la présentation de ce nouvel organisme, la présidente de la Confédération s'est inquiétée du fait que la Suisse est passée, en une année, du 12e au 19e rang du Digital Economy Ranking 2010 établi par le journal The Economist. Selon elle, l'infrastructure n'est pas en cause dans cette « dégringolade », le pays étant bien équipé tant en ordinateurs qu'en lignes à haut débit ; le problème viendrait plutôt de l'utilisation, encore faible, faite des possibilités d'exploitation des technologies de l'information et de la communication. Ce sont particulièrement les domaines de la bio-informatique, de l'informatique en nuage (cloud computing), et de l'utilisation des réseaux sociaux qui seraient concernés.

Dans ce but, le département de l'Économie a mis en place l'eEconomy Board dont la mission sera de lancer des projets, d'assurer le transfert de savoir entre les différents acteurs et de définir les priorités, ceci dans un rapport annuel sur la cyberéconomie à partir de 2012. Placé sous le patronage direct de Doris Leuthard, il sera initialement composé de six membres dont Patrick Aebischer, président de l'École polytechnique fédérale de Lausanne, Isabelle Welton directrice générale d'IBM Suisse ou Jürg Bucher, directeur de La Poste Suisse et présidé par Peter Waser, directeur de Microsoft Suisse. Dans le futur, ce comité pourrait accueillir jusqu'à 15 membres. Rattaché à la Direction de la promotion économique du Secrétariat d'État à l'économie (SECO), le groupe disposera d'un budget annuel de 200 000 francs.

Selon Doris Leuthard, la Suisse a volontairement choisi un modèle de partenariat public-privé pour lancer ce programme, à l'inverse d'autres pays où de telles initiatives sont strictement du ressort d'institutions étatiques. Ainsi, le eEconomy Board sera financé par les différents partenaires engagés ainsi que, potentiellement, par des agences de promotion et des fondations tels que l'assureur Swiss Life ou le think-tank Avenir Suisse.

Notes et références

  1. Communiqué de presse : ((fr)) « La Confédération et l’économie lancent un programme pour promouvoir la cyberéconomie ». Chancellerie fédérale (Suisse), 13 septembre 2010.

Sources