Suisse : Nicolas Bideau va quitter son poste de « Monsieur cinéma »

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

8 mai 2010. – Le « Monsieur cinéma » suisse Nicolas Bideau va quitter son poste à l'Office fédéral de la Culture (OFC) dès la fin de l'année 2010 pour reprendre la direction de « Présence Suisse », l'organe du Département fédéral des affaires étrangères chargé de la promotion du pays à l'étranger. Pendant les cinq années qu'il a passé à la tête de la section cinéma de l'OFC, il aura été au cœur de nombreuses controverses et s'est brouillé avec plusieurs personnalités du domaine.

Né en 1969, le fils du comédien Jean-Luc Bideau est titulaire d'une licence en sciences politiques. Il a commencé sa carrière comme conseiller diplomatique de Pascal Couchepin durant son année présidentielle. Il avait été ensuite nommé à la tête du cinéma suisse en octobre 2005 pour une mission de cinq ans. À ce poste, il a été vivement critiqué par plusieurs personnalités du monde du cinéma, dont en particulier le réalisateur vaudois Lionel Baier, qui lui reprochait de travailler plus sur le plan médiatique que sur le plan politique. Rolf Schmid, le président de l'association suisse des producteurs de films, confie de son côté que Nicolas Bideau « laisse des dégâts » alors qu'Ivo Kummer, le directeur des Journées cinématographiques de Soleure, espère que son successeur « travaillera pour la branche, et non l'inverse ».

Le principal intéressé a communiqué cette nouvelle afin de préciser que ce départ ne doit pas être interprété comme une démission, mais comme un changement de cap dans sa carrière professionnelle. Invité à la Télévision suisse romande, il a défendu son bilan en déclarant que, lors de ces dernières années, « la visibilité du cinéma a explosé avec nos réformes ». Il a été choisi comme nouveau directeur de l'organe de promotion de la Suisse à l'étranger, où il remplacera Johannes Matyassy, qui occupait ce poste depuis 2001, et a été nommé ambassadeur à l'étranger.

Sources