Suisse : Frédéric Hainard démissionne du Conseil d'État neuchâtelois

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Photo officielle de Frédéric Hainard.

23 août 2010. – Mis en cause dans plusieurs affaires professionnelles d'abus de pouvoir lors de ces derniers mois, le Conseiller d'État neuchâtelois Frédéric Hainard a présenté dimanche sa démission pour le 31 octobre 2010. Cette décision a été qualifiée de « sage » par le président du gouvernement cantonal Claude Nicati.

Quelques heures après avoir remis sa démission au président du Grand Conseil, le radical a publié une déclaration « destinée aux citoyens du canton » dans laquelle il justifie sa décision par la perte de confiance subie par les élus et les institutions cantonales à la suite des différentes affaires dont il est le principal accusé. Cette décision survient quelques jours après que les premiers procès-verbaux d'audition de la commission d'enquête parlementaire (CEP) chargée d'enquêter sur ses agissements eurent été remis au Conseil d'État. La date de son départ, fixée au 31 octobre, correspond d'ailleurs à la date butoir prévue par la CEP pour rendre son rapport. À ce sujet, il déclare que « le discrédit jeté sur mon action et sur mes méthodes est trop lourd », tout en dénonçant « les petits arrangements entre amis » qui, selon lui, mineraient la politique neuchâteloise.

Toute l'affaire avait débuté quelques mois auparavant lorsqu'un quotidien romand avait révélé les méthodes de travail non conformistes du ministre. S'en étaient suivi plusieurs révélations sur des faveurs accordées à son amie qui avait été engagée dans ses services ainsi que sur des abus de pouvoir dans l'exercice de ses fonctions. Plus récemment, de nouvelles révélations l'accusaient d'avoir trafiqué des documents officiels. Devant ces éléments, une CEP avait été nommée pour procéder à une enquête officielle, alors que le Conseil d'État retirait à Frédéric Hainard certaines de ses responsabilité ; l'amie du ministre, quand à elle, avait été suspendue de son poste afin de « permettre à la CEP de poursuivre ses travaux dans la sérénité ».

Sources


    Page
  • Page Suisse de Wikinews « Suisse »
  • de Wikinews.