Signature du traité START III par les États-Unis et la Russie

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dmitri Medvedev
Barack Obama
Un RSD-10 Pioneer (SS-20) soviétique, exposé au Musée de la Grande guerre patriotique à Kiev

8 avril 2010. – Le président américain Barack Obama et son homologue russe Dmitri Medvedev ont signé aujourd'hui le nouveau traité START III[1] visant à réduire de 25 à 30 % l'armement nucléaire des deux pays dans les sept années à venir. Réunis à Prague, en République tchèque, les deux chefs d'États ont convenus de réduire les armes nucléaires de la Russie et des États-Unis, qui détiennent à eux seuls plus de 90 % des armes nucléaires du monde. Ce nouveau traité est l'aboutissement de difficiles négociations et remplace le traité START I signé en 1991 par le président soviétique Mikhaïl Gorbatchev et le président américain George Bush peu avant l'effondrement du bloc soviétique.

À la chute de l'Union soviétique, c'est avec la Fédération de Russie que les États-Unis signèrent ensuite START II en 1993. START II fut ratifié par les États-Unis en 1996 et par la Russie en 2000, car le parlement russe a retardé la signature en signe de protestation contre les bombardements de l'OTAN sur la Yougoslavie. START II prévoyait une réduction des arsenaux stratégiques de deux tiers, au terme de laquelle chaque partie ne devait pas disposer de plus de 3 500 têtes nucléaires stratégiques, mais ce traité n'a jamais été appliqué, la Russie souhaitant d'abord que les américains maintiennent en vigueur le traité ABM.

Pour le président Medvedev, la signature de ce nouveau traité représente « une victoire pour le monde entier ». « Cela nous a permis d'accomplir ce qui, il y a seulement deux mois, apparaissait comme une « mission impossible ». En un laps de temps, nous avons élaboré un traité en bonne et du forme et l'avons signé », a-t-il déclaré. Pour le président Barack Obama, il ne s'agit que d'une première étape. « Ce traité prépare le terrain pour d'autres réductions de l'armement nucléaire et d'autres avancées. Nous espérons poursuivre les négociations avec la Russie afin de réduire les armes stratégiques et tactiques, y compris celles qui ne sont pas déployées ». « Il s'agit aujourd'hui d'une étape importante pour la sécurité nucléaire, la non prolifération et les relations entre les États-Unis et la Russie », a-t-il déclaré à son tour.

Selon les estimations, chacune des deux superpuissances détient plus de 2 000 ogives. Mais dans les sept prochaines années, ils devront ramener leurs stocks respectifs à 1 500 unités. Plus de la moitié de leurs missiles, sous-marins et bombardiers tactiques devront également disparaître.

De son côté, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué comme « une étape importante » vers le désarmement nucléaire. M. Ban a également déclaré dans un communiqué de son service de presse qu'il « se félicite de la signature du nouveau traité START III, étape importante des efforts internationaux pour le désarmement nucléaire et pour parvenir à un monde débarrassé des armes atomiques ». « Ce remarquable accomplissement va aussi aider à créer une atmosphère positive pour la conférence de suivi du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) le mois prochain au siège de l'ONU » à New York, ajoute le texte. En visite officielle en Autriche, M. Ban félicite les deux présidents pour leur sens des responsabilités et émet l'espoir que les deux pays continueront leurs efforts vers « l'élimination de toutes les armes nucléaires ».

Notes

Voir aussi

Nuclear weapon programs worldwide.svg Carte des différents empires coloniaux, en 1945
La recherche nucléaire en 2009

██ Grandes puissances nucléaires ██ Autres puissances nucléaires déclarées officiellement ██ États suspectés de vouloir se doter de l'arme nucléaire ou l'ayant acquise ██ États suspectés de faire, ou ayant eu, des recherches sur l'arme nucléaire

Les puissances nucléaires en 2006

██ Puissance nucléaire majeure ██ Puissance nucléaire moyenne

██ Puissance nucléaire faible ██ Puissance nucléaire supposée

Sources