Sergueï Lavrov : le bouclier antimissile US en Europe constitue un obstacle de poids à la réduction des armements

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

1er juillet 2009. – La réalisation des projets américains de bouclier antimissile en Europe constituera un obstacle de poids à la réduction des armements offensifs stratégiques, a déclaré mardi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, en prévision d'une rencontre de travail avec son homologue autrichien Michael Spindelegger.

L'administration Obama a marqué une pause en vue de soumettre à une analyse la situation et en évaluer les conséquences dans un contexte plus vaste, a rappelé le ministre.

« Nous saluons cette approche car elle est plus productive. Nous sommes prêts à mener une analyse des menaces balistiques conjointement et ce non seulement avec les États-Unis mais aussi obligatoirement avec l'Europe car il s'agit des mesures qu'on entend réaliser sur le continent européen », a expliqué M. Lavrov.

« Si nos partenaires sont prêts à se mettre à la table des négociations sans partis pris ni recettes toutes faites, pour élaborer une vision commune (…) des mesures qui pourraient être entreprises en vue de neutraliser ces menaces – il pourrait s'agir de mesures politique et diplomatiques, techniques ou, au besoin, d'autres mesures, – alors, et j'en suis sûr, nous obtiendrons un résultat qui pourrait satisfaire tout le monde », a indiqué M. Lavrov.

S'agissant d'une corrélation préconisée par la Russie, entre la réduction des armements offensifs stratégiques et le déploiement par les États-Unis d'un système de défense antimissile, le ministre russe a souligné que Washington se rendait également compte de l'existence de cette interdépendance. Dans cet ordre d'idées, M. Lavrov a rappelé le première rencontre des présidents russe et américains en avril à Londres. Une déclaration conjointe adoptée à l'issue de cette rencontre insistait sur la nécessité d'élaborer un nouveau traité START et de mener un travail conjoint en matière de défense antimissile, et faisait également état de la thèse selon laquelle les gouvernements russe et américain devaient étudier l'interdépendance entre les armements stratégiques offensifs et défensifs.

« Il s'agit d'une position commune des deux présidents. Nous espérons que les négociateurs américains s'en tiendront rigoureusement à cette position. Cela est d'autant plus important que le nouveau traité START soit préparé en l'absence du traité sur la limitation des systèmes de défense antimissile, alors que cette interdépendance a une signification clé pour la stabilité stratégique », a conclu le ministre russe.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Bouclier antimissile US en Europe: un obstacle de poids à la réduction des armements (Lavrov) » datée du 1 juillet 2009.

Sources