Serbie : Ratko Mladić arrêté pour crimes contre l'humanité

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le transfert de Ratko Mladić devant le TPI pourrait prendre une semaine.

26 mai 2011. – Fugitif de longue date, Ratko Mladić a finalement été arrêté sur le territoire serbe, a annoncé jeudi le président Boris Tadić. La procédure visant à remettre l’ancien commandant des forces serbo-bosniaques à la justice internationale est en cours, a souligné le dirigeant serbe.

Mladić est accusé de génocide, de complicité de génocide, de crimes contre l'humanité et de violations des lois et coutumes de la guerre par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). On lui reproche notamment d’avoir mené et ordonné des atrocités durant la guerre qui a déchiré l’ex-Yougoslavie. Il aurait joué un rôle majeur dans le siège de la ville serbe de Sarajevo, durant trois ans, et dans le massacre de Srebrenica, au cours duquel 8 000 hommes et garçons musulmans bosniaques ont été tués.

Grâce à cette arrestation, la Serbie ferme un autre chapitre de son passé récent, estime le président serbe Boris Tadić. Ce dernier événement rapproche un peu plus le pays de la pleine réconciliation, a-t-il dit. Une enquête sera ouverte afin de déterminer la raison pour laquelle il a fallu 16 années pour appréhender cet ancien dirigeant militaire âgé de 69 ans.

Pour le président français, il s’agit d’une « très bonne nouvelle ». Nicolas Sarkozy va jusqu'à parler d’une avancée en vue de l’intégration de la Serbie au sein de l’Union européenne. En effet, l’Union avait fait de l’arrestation de Mladić une des conditions nécessaires à un examen favorable de la candidature de la Serbie. Ainsi, la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a qualifié ce dernier développement « d’importante étape pour la Serbie et la justice internationale ».

Du coté de l’OTAN, on se réjouit aussi. Cette arrestation « donne finalement une chance a la justice de triompher » a commenté le secrétaire général de la coalition, Anders Fogh Rasmussen.

Enfin, la Maison-Blanche met l’accent sur l’importance d’un rapide transfert de l’ancien chef militaire au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, à La Haye.

Source