Roumanie : Traian Băsescu suspendu par le parlement

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

21 avril 2007. – Le cinquième président roumain Traian Băsescu (du parti démocrate, parti de centre sur l'échiquier politique roumain) a été suspendu jeudi 19 avril par le parlement à majorité social-démocrate (parti de gauche) et soutenu par le parti de la Grande Roumanie (nationaliste) et la fonction présidentielle est officiellement occupée de manière intérimaire par le Président du Sénat Nicolae Văcăroiu.

Cette suspension arrive logiquement puisque M. Băsescu est accusé d'avoir « enfreint la Constitution » à 19 reprises, dont les plus notables sont l'attitude partisane alors que le président roumain doit être impartial (officiellement, il n'appartient plus à aucun parti), le non-respect du rôle de médiateur qu'il aurait du avoir pour apaiser les tensions entre le parti majoritaire et celui d'opposition et surtout le refus non-justifié de nommer des nouveaux ministres proposés par le premier ministre Călin Popescu-Tăriceanu à la suite d'un remaniement le 2 avril dernier (notons que le remaniement visait à écarter les ministres du parti démocrate, dont Monica Macovei appréciée de l'Union européenne et qui devait contrôler la corruption politique très présente en Roumanie). La suspension fut donc adoptée par 322 voix sur 469 et est la première étape du processus constitutionnel visant la destitution du président, la seconde étant l'organisation d'un référundum dans les 30 jours suivant la suspension.

Normalement, les choses devraient aller vite puisque M. Băsescu avait prévenu qu'il démissionnerait dès l'annonce de la suspension, ce qu'il n'a pas fait même si ses proches déclare qu'il annoncera son départ après la publication de la décision dans le Journal officiel, ce qui devrait se faire le 23 avril prochain.

Ensuite, il faudra que les Roumains élisent un nouveau président.
Sous la présidence de M. Băsescu, la Roumanie a intégré l'UE, la croissance du pays a été de 8% en 2006 (ce qui est le record européen de l'année) et le pays a attiré plus de capitaux ces deux dernières années (15 milliards d'euros d'investissements) que sur les quatorze années précédentes (14 milliards d'euros de 1990 à 2004).
Băsescu avait été élu pour son franc-parler et sa volonté affichée de débarrasser la politique roumaine de la corruption. Pour toutes ces raisons, si de nouvelles élections ont lieu d'ici trois mois, il est possible que M. Băsescu soit réélu.

Sources