Résultats provisoires du second tour de l'élection présidentielle française de 2007

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Élection présidentielle française
Second tour : 6 mai 2007
Électeurs inscrits 44 472 363 100,00 %
Pourcentages par rapport au nombre d'inscrits
Abstentions 7 128 894 16,03 %
Votants 37 343 469 83,97 %
Pourcentages par rapport au nombre de votants
Blancs ou nuls 1 569 450 4,20 %
Suffrages exprimés 35 774 019 95,80 %
Pourcentages par rapport au nombre de suffrages exprimés
Nicolas Sarkozy 18 983 408 53,06 %
Ségolène Royal 16 790 611 46,94 %

7 mai 2007. – Le ministère de l'Intérieur a publié, lundi 7 mai, les résultats provisoires du second tour de l'élection présidentielle qui s'est déroulé, dimanche 6 mai 2007, en France métropolitaine, dans certains départements et collectivités d'outre-mer et dans un certain nombre de bureaux habilités à recevoir les votes des Français établis hors de France. Une partie de l'électorat, vivant dans des départements ou collectivités situés à l'Ouest de la France, ainsi que des Français de l'étranger vivant sur le continent américain, avaient voté, de manière anticipée, dès le samedi 5 mai.

Ces résultats, comptabilisés lundi matin, portent sur 100 départements de métropole, 4 départements d'outre-mer, 5 collectivités d'outre-mer et incluent l'ensemble des votes émis par les Français de l'étranger.

Ils sont susceptibles de rectifications qui seront apportées par le Conseil constitutionnel dans la journée du jeudi 10 mai.

On remarque que l'abstention, d'un tour à l'autre de cette élection, n'a pas sensiblement varié, se situant entre 16,23 et 16,03 % des électeurs inscrits.

Par contre, le pourcentage des bulletins blancs ou nuls s'est fortement accru d'un tour à l'autre, puisqu'on est passé d'environ 535 000 blancs ou nuls, soit 1,44 % des votants, dimanche 22 avril, à environ 1 569 450, soit 4,20 % des votants, dimanche 6 mai.

Nicolas Sarkozy
Ségolène Royal

Nicolas Sarkozy, président de l'UMP, qui a frôlé les 19 millions de voix, soit 53,06 %, obtient la majorité absolue des suffrages exprimés et est élu président de la République.

Sa concurrente Ségolène Royal, soutenue par le PS, a recueilli environ 16,8 millions de voix, soit 46,94 %, des suffrages exprimés.

La candidate socialiste détient désormais, dans son « camp », en raison de l'augmentation combinée du corps électoral et de la participation, le record absolu du nombre de suffrages obtenus dans une élection présidentielle française par un candidat se réclamant de la gauche. Avec environ 16,8 millions de voix, elle dépasse en effet, en nombre, les 16 704 279 voix obtenues le 8 mai 1988 par le président sortant, François Mitterrand, face au Premier ministre de l'époque, Jacques Chirac.

Le président élu ne détient, pour sa part, aucun record absolu en termes de suffrages dans le « camp » de la droite puisque, en raison du caractère atypique de l'élection de 2002, ce record absolu restera probablement longtemps détenu par Jacques Chirac, qui avait obtenu environ 25,5 millions de voix, face à Jean-Marie Le Pen, sur lequel s'étaient portés les suffrages d'environ 5,5 millions de Français.

Néanmoins, si l'on fait abstraction du scrutin de 2002, on remarque que M. Sarkozy atteint, tant en nombre de suffrages exprimés qu'en pourcentage, des scores que n'avaient atteint, lors de leur élection :
– ni Valéry Giscard d'Estaing en 1974 : environ 13,4 millions de voix, soit 50,81 %,
– ni Jacques Chirac en 1995 : environ 15,8 millions de voix, soit 52,64 %.

Si l'on fait également abstraction du scrutin de 1969, où aucun candidat de gauche n'avait pu participer au second tour, qui avait alors opposé le candidat de droite Georges Pompidou, au candidat centriste Alain Poher, il faut remonter à l'année 1965, pour voir un candidat soutenu par la droite, Charles de Gaulle, obtenir un pourcentage de voix supérieur (55,20 %) lors d'un second tour l'opposant à un candidat soutenu par la gauche (François Mitterrand).

Source

Source francophone