République démocratique du Congo : un expert de l'ONU accuse des soldats d'avoir tué 50 réfugiés hutus au Nord-Kivu

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Localisation de la République démocratique du Congo
Localisation du Nord-Kivu

17 octobre 2009. – Des soldats des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) auraient tué une cinquantaine de réfugiés hutus rwandais et enlevé une quarantaine de femmes, qui ont été victimes de viols collectifs. C'est ce qu'a relevé, dans son rapport, le rapporteur spécial de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires.

« Il semblerait que les FARDC aient attaqué un camp de fortune de réfugiés hutus rwandais le 26 avril 2009, à Shalio, au Nord-Kivu », a expliqué Philip Alston lors d'une conférence de presse à Kinshasa. « Les FARDC ont entouré le camp, tiré et battu à morts au moins 50 réfugiés et ont entièrement brûlée le camp », a-t-il déclaré. De l'opération militaire menée par les FARDC, avec l'appui de la Mission de l'ONU en RDC (MONUC) contre les rebelles hutus rwandais, Philip Alston a déclaré qu'elle avait été « une catastrophe, un désastre en matière des droits de l'Homme ».

Cette déclaration intervient au moment où le Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés, António Guterres, et le sous-secrétaire d'État américain aux Affaires humanitaires sont en visite dans l'est de la République démocratique du Congo.

Source

  • Page Afrique de Wikinews Page « Afrique » de Wikinews. L'actualité africaine dans le monde.