Réouverture de l'enquête britannique sur la mort de la princesse Diana, après trois ans d'ajournement

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

8 janvier 2007. – L'enquête de la justice britannique sur les causes et les conditions du décès à Paris, le 31 août 1997, de Diana, princesse de Galles, de son ami Dodi Al-Fayed et de leur chauffeur Henri Paul, reprend, ce lundi 8 janvier 2008, à la Cour Royale de Justice, à Londres.

Cette reprise de l'enquête intervient un peu moins d'un mois après la publication, le 14 décembre 2006, d'un rapport de 830 pages titré Operation Paget, résultant d'une enquête de trois ans menée par Lord Stevens et plusieurs enquêteurs du Metropolitan Police Service, à la requête du coroner royal Michael Burgess. Dans les conclusions de ce rapport [1], Lord Stevens et son équipe d'enquêteurs estimaient qu'il n'existait aucune preuve d'un quelconque complot de haut niveau pour éliminer la princesse de Galles, comme n'a cessé de l'affirmer depuis 1997 Mohamed Al-Fayed, propriétaire de Harrod's et père d'une des victimes de la tragédie survenue dans le tunnel de l'Alma.

Dans un premier temps, les audiences d'ajourd'hui et de demain, dirigées par Lady Butler-Sloss, ancienne magistrate [2], devraient déterminer d'une part, si les enquêtes sur la mort de la princesse Diana et de Dodi Al-Fayed doivent être conjointes ou menées séparément, d'autre part, si la présence d'un jury sera nécessaire. Cette présence d'un jury est notamment réclamée par Me Michael Mansfield, un des avocats de Mohamed Al-Fayed, toujours persuadé de l'existence d'un complot de haut niveau, impliquant notamment les services secrets britanniques. Me Mansfield espère convaincre la magistrate de l'utilité d'un jury composé de citoyens tirés au sort sur les listes électorales, mais également de la publication intégrale du rapport de Lord Stevens, y compris les entretiens entre les enquêteurs et les princes William et Harry, fils de la princesse de Galles.

On sait déjà que la reine Élisabeth II sera représentée au audiences de lundi et mardi par un ténor du barreau, Me John Nutting, en raison de son rôle en tant que monarque. Le représentant de la reine ne devrait toutefois pas assister aux audiences ultérieures, selon les informations actuelles.

Lady Butler-Sloss avait précédemment indiqué que ses auditions seraient privées [3], puis semble s'être ravisée en décidant que les auditions seraient publiques, en raison de l'intérêt manifesté par l'opinion publique pour cette affaire.

Les audiences de l'enquête proprement dite devraient se tenir à une date non encore fixée, dans le courant de l'année 2007.

Notes

Sources de base

Sources complémentaires

Sources anglophones

Article connexe