Primaire présidentielle socialiste de 2011 : François Hollande représentera le Parti socialiste à l'issue du second tour

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François Hollande en septembre 2011 grand gagnant du second tour et Martine Aubry en 2010.
 
Martine Aubry.png
François Hollande en septembre 2011 grand gagnant du second tour et Martine Aubry en 2010.

17 octobre 2011. – Le second tour de la primaire socialiste a eu lieu hier. En effet 2 860 157 électeurs se sont déplacés pour participer à ce second tour. Les électeurs ont en masse désigné François Hollande avec plus d'1,6 million de suffrages pour un score de 56,6% des voix exprimées. Martine Aubry en regroupe un peu plus de 1,2 million pour un score de 43,4%.

François Hollande sera officiellement investi comme candidat du Parti socialiste samedi 22 octobre lors de la convention d'investiture à la Halle Freyssinet à Paris.

Résultats du second tour
Candidats Étiquette Second tour
Voix %
François Hollande
PS
1 618 848 56.6
Martine Aubry 1 241 308 43.4
 
Votants 2 860 157 100,00
Exprimés 2 841 167 99,34
Blancs et nuls 18 990 0,66
Les réactions

M. Hollande confirme : « Le résultat me donne la majorité que j'avais espérée et la légitimité pour préparer le grand rendez-vous de la présidentielle ». Il est alors entouré de candidats recalés à l'issu du premier tour. Et adresse-il à Martine Aubry « Ce soir, je veux dire à Martine Aubry que j'ai particulièrement apprécié la dignité qui a été la sienne lorsqu'elle a constaté le résultat ». Mme Aubry ne s'est pas rendue à son quartier général de campagne.

Bertrand Delanoë, maire de Paris, et soutient de Mme Aubry durant la primaire socialiste confesse que « François Hollande peut très bien porter [le] projet ».

Valérie Pécresse, ministre du budget et porte-parole du gouvernement dénonce « une surenchère de promesses électoralistes » et prévient que « maintenant, il faut faire les comptes, l'addition, et l'addition elle va être lourde et la facture est économiquement et socialement insupportable pour les Français ».

Thierry Mariani, ministre des transports, explique qu'il « connaît le candidat qu'affrontera Nicolas Sarkozy. C'est le candidat du département le plus endetté de France » et que « voir Arnaud Montebourg et Manuel Valls se serrer la main, ça mérite un bon film comique ».

Marine Le Pen dénigre M. Hollande comme étant le candidat « champion du mondialisme le plus féroce, du fédéralisme européen, de la soumission de la France à l'ensemble des diktats imposés par les grandes puissances financières et aussi un champion de la dette ».

Julien Dray, soutient de Ségolène Royal en 2007, prévient qu'« il ne faut pas recommencer l'erreur de 2006, quand on croyait qu'on avait du temps devant nous. En face, ils vont cogner. Il faut répondre du tac au tac ».

Wikinews

Sources

Wikinews
Pour plus de détails sur ce sujet, Wikinews a établi le dossier Élection présidentielle française de 2012.
Ce dossier permet de situer cet article dans son contexte.



    Page
  • Page France de Wikinews « France »
  • de Wikinews.