Pas moins de 30 000 femmes concernées par le retrait des implants mammaires PIP

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Implant mammaire en silicone.

20 décembre 2011. – 30 000 Françaises porteuses d'implants mammaires de la société varoise Poly Implant Prothèse (PIP) apprendront d'ici la fin de la semaine si les autorités sanitaires recommandent le retrait de leurs prothèses, soupçonnées d'être cancérigènes. « La question que l'on se pose actuellement est : est-ce que oui ou non il faut recommander aux femmes de se faire enlever les prothèses ? » annonce-t-on du côté du ministère de la Santé.

Les produits de la société Poly Implant Prothèse avaient étaient retirés du marché en mars 2010 à cause de la non conformité du gel utilisé avec les règles médicales en vigueurs. Le gel en question, dix fois moins onéreux que le gel adéquat, entrainerait la rupture de l'enveloppe de la prothèse, causant l'inflammations des tissus environnant ainsi que des suintements de silicone. Huit cas de cancers ont été signalés chez des femmes ayant portés des prothèses PIP, et plus de 2 000 plaintes ont été déposées. Le parquet de Marseille, où les plaintes ont étaient déposées, a ouvert une information judiciaire pour « blessures et homicide involontaire ».

Toutefois, « les liens de causalité » entre les implants PIP et les cas de cancers « ne sont pas avérés » et on « n'est pas dans un risque sanitaire urgent » minimise le ministère. « Il n'y a pas de risque imminent, ce n'est pas une question d'heures, de jours, de mois [...]; la mesure que nous prenons, c'est une mesure de prévention » explique la secrétaire d’État à la Santé Nora Berra. La ministre Valérie Pécresse a annoncé qu'il faudrait d'abord recenser toutes les femmes ayant ce type de prothèses et qui « peuvent être potentiellement en danger ». S’il y a des cas d'urgences sanitaires et de santé publique, les opérations nécessaires au retrait de ces implants seront à la charge de la Sécurité sociale.

Une décision unique

La décision d'appeler 30 000 femmes à se faire retirer les implants qu'elles portent est « unique dans l’histoire de la chirurgie réparatrice » fait remarquer le quotidien Libération. « On est d’accord sur la nécessité de cette décision » assure le chirurgien Laurent Lantieri, membre du comité de suivi, au quotidien. « Nous sommes face à une crise sanitaire, liée à une escroquerie […]. Il n’y a pas d’urgence mais nous n’avons plus le choix. Il faut retirer toutes ces prothèses. À mes yeux, ce n’est pas l’application d’un principe de précaution, mais un principe de prévention ». Les détails de la demande seront fixés vendredi 23 décembre lors de la réunion du comité de suivi.

« Toutes les femmes porteuses d’implants PIP seront remboursées de leurs frais médicaux et chirurgicaux liés à l’explantation » affirme le professeur Grall. Cependant, la pose d'une nouvelle prothèse ne sera remboursée qu'aux femmes qui nécessitent une reconstruction après chirurgie du cancer du sein, soit 20% des porteuses d'implants PIP. Les 80% restants portent des implants mammaires à des fins esthétiques selon l’agence des produits de santé (Afssaps).

Un numéro vert a été mis à la disposition des porteuses d'implants PIP : il s'agit du 0800 636 636.

Sources




  • Page Santé de Wikinews Page « Santé » de Wikinews. L'actualité de la santé dans le monde.