Pétrole : nouvelles preuves de l'origine minéralière

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

28 juillet 2009. – Les composantes du pétrole auraient pu se former non pas à partir de résidus végétaux et de micro-organismes morts mais avec du carbone et de l'hydrogène, dans des conditions de températures élevées dans les couches supérieures du manteau terrestre, affirment les auteurs d'un article publié dans la revue britannique Nature Geoscience.

« De vieux ouvrages théoriques et d'expérimentation consacrées aux origines aborigènes des hydrocarbures du pétrole et du gaz expliquent l'apparition de notre étude », explique Alexandre Gontcharov, directeur de l'expérience.

« L'hypothèse selon laquelle les hydrocarbures pourraient être engendrés dans le manteau de la Terre pour, s'infiltrant vers les couches supérieures de l'écorce alimenter les gisements de pétrole et de gaz, a été émise il y a de nombreuses années par des chercheurs russes et ukrainiens. Notre travail consiste à montrer que cette hypothèse a sa raison d'être mais il y a la nécessite de nouvelles vérifications théoriques et expérimentales », ajoute Vladimir Koutcherov, professeur à l'Académie de technologie chimique fine (Moscou).

Les scientifiques estiment que des roches du manteau pourraient se comporter dans ces réactions comme des catalyseurs, allégeant et accélérant les processus de transformations réciproques d'hydrocarbures. De l'avis des auteurs de l'article, il faut maintenant mener une série d'expériences analogues pour des hydrocarbures plus lourds, et aussi étudier, de façon expérimentale, l'éventualité de leur migration vers les couches supérieures du manteau de l'écorce terrestre.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Pétrole: nouvelles preuves de l'origine minéralière (revue) » datée du 28 juillet 2009.

Sources