OMC : Pékin rejette les accusations de Bruxelles et Washington

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

24 juin 2009. – Accusée par les États-Unis et l'Union européenne d'enfreinte à la politique d'exportation de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), la Chine dément toute violation mais se dite prête à mener des consultations à ce sujet, annonce mercredi le ministère chinois du Commerce.

Mardi, l'Union européenne et les États-Unis ont entamé une procédure l'OMC en accusant la Chine d'utiliser des outils visant à limiter la sortie de son territoire d'une vingtaine de matières premières stratégiques (bauxite, indium, phosphore, carbonate de magnésium).

Pékin a rétorqué en affirmant que « les limitation imposées aux exportations de certains matériaux visent à protéger l'environnement et les ressources naturelles chinoises ». La partie chinoise affirme que ses démarches respectent parfaitement les normes de l'OMC, mais se dit toutefois prête à mener des consultations sur ce thème.

Sur son site internet, le ministère chinois du Commerce annonce avoir contre-attaqué en saisissant l'OMC pour enquêter sur les limitations américaines présumées frappant les exportations la viande chinoise.

Le ministère espère que « les États-Unis tiendront compte de la préoccupation de la Chine et que les divergences seront réglées dans les plus brefs délais ».

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  OMC: Pékin rejette les accusations de Bruxelles et Washington » datée du 24 juin 2009.

Sources